L’anxiété sociale, également appelée phobie sociale, fait référence à des préoccupations excessives concernant le fait d’être jugé, rejeté ou évalué négativement dans des situations sociales (American Psychiatric Association, 2013).

Chaque personne en bonne santé connaît un certain degré de craintes sociales, mais pour la plupart des gens, ces préoccupations sont mineures et ne causent pas de souffrance significative.

Cependant, pour environ 12 % de la population générale, leurs craintes deviennent si intenses qu’ils peuvent prétendre à un diagnostic de trouble d’anxiété sociale (TAS) à un moment donné de leur vie (Kessler, Stein, & Berglund, 1998).

Bien que toutes ces personnes puissent recevoir le même diagnostic, elles sont souvent très différentes les unes des autres en ce qui concerne leurs principaux symptômes et domaines problématiques.

Ici, nous allons nous pencher sur ces manifestations distinctes de peurs sociales, en examinant les différents types d’anxiété sociale.

Existe-t-il différents types de troubles de l’anxiété sociale ?

Toutes les personnes souffrant d’anxiété sociale ne sont pas identiques.

Certaines peuvent ne craindre que quelques scénarios spécifiques, comme parler en public ou sortir avec quelqu’un, alors que d’autres ressentent des symptômes d’anxiété dans pratiquement toutes les situations sociales.

De même, certaines personnes s’inquiètent surtout de leur comportement et de paraître socialement ineptes (par exemple, “Dire cette chose était tellement stupide“), alors que d’autres peuvent avoir particulièrement peur de montrer des symptômes d’anxiété observables, comme transpirer, rougir, trembler ou avoir la voix tremblante.

En outre, la phobie sociale est souvent associée à l’introversion et à la timidité. Si de nombreuses personnes souffrant de TAS sont timides et introverties, il existe également de nombreuses personnes extraverties et extraverties souffrant de phobie sociale.

Comme ces différents types d’anxiété sociale peuvent bénéficier de différentes approches thérapeutiques, les experts ont suggéré plusieurs façons de diviser les patients atteints de TAS en différents sous-groupes.

Jetons un coup d’œil à ces propositions, avant de couvrir certaines peurs très spécifiques vécues par les personnes souffrant d’anxiété sociale.

Classer l’anxiété sociale en catégories

En science, les experts ne sont pas toujours d’accord. Cela s’applique également à la classification des personnes socialement anxieuses en différents sous-groupes.

Il existe de multiples suggestions provenant de différentes équipes de recherche. Ci-dessous, nous allons examiner 3 façons différentes de classer les personnes souffrant d’anxiété sociale en différents types.

  1. Classification en fonction du nombre de situations sociales redoutées.
  2. Classification en fonction des types de situations sociales redoutées.
  3. Classification en fonction de la focalisation des peurs sociales.

Catégorie I : Nombre de situations sociales redoutées

L’idée derrière cette catégorie est de distinguer le nombre de situations sociales qu’une personne craint. Tu obtiens ainsi 3 types différents d’anxiété sociale :

  • Trouble d’anxiété sociale généralisé : Peur dans pratiquement toutes les situations sociales.
  • Trouble d’anxiété sociale non généralisé : Peur dans un nombre limité de situations sociales avec au moins un domaine de fonctionnement social normal.
  • Trouble d’anxiété sociale spécifique / circonscrite : Peur dans une seule ou très peu de situations sociales spécifiques.
En fonction du nombre de situations sociales redoutées, une personne souffre d'un trouble d'anxiété sociale généralisé, non généralisé ou circonscrit.

Jetons un coup d’œil rapide sur chacun d’entre eux.

Trouble d’anxiété sociale généralisé

Les personnes touchées par l’anxiété sociale généralisée éprouvent de la peur dans pratiquement toutes ou la plupart des situations sociales (American Psychiatric Association, 2013).

Ce type d’anxiété sociale commence généralement dans la petite enfance, avant l’âge de 10 ans (Mannuzza et al., 1995).

Les personnes atteintes de TAS généralisé ont tendance à avoir un tempérament timide et anxieux, surtout lorsqu’elles sont confrontées à de nouvelles situations, expériences et personnes.

Ce type de tempérament est également appelé inhibition comportementale (Kagan, Reznick, & Snidman, 1987).

Par rapport au TAS non généralisé, les personnes atteintes de TAS généralisé ont plus de chances de souffrir d’autres problèmes de santé mentale, comme la dépression ou le trouble anxieux généralisé (Kessler, Stein, & Berglund, 1998).

En outre, les personnes touchées par ce type d’anxiété sociale ont généralement plus de difficultés à mener une vie “normale” et déclarent souvent avoir des membres de leur famille au tempérament tout aussi inhibé (Stein et al., 1998).

Par conséquent, la composante génétique du TAS généralisé semble être plus importante que pour le TAS non généralisé.

Trouble d’anxiété sociale non généralisée

Le terme anxiété sociale non généralisée est utilisé pour désigner tout type de TAS dans lequel la personne affectée conserve au moins un domaine de fonctionnement social normal (Heimberg, Holt, Schneier, Spitzer, & Liebowitz 1993).

Cela signifie que l’éventail des personnes qui entrent dans cette catégorie est très large. Certains ressentent de l’anxiété dans presque tous les contextes sociaux, tandis que d’autres ne la ressentent que dans quelques situations spécifiques.

En général, les personnes souffrant de TAS non généralisé ont moins de déficience fonctionnelle que les personnes souffrant de TAS généralisé.

C’est-à-dire que de nombreuses personnes souffrant d’anxiété sociale non généralisée sont capables de garder leur emploi, de poursuivre des relations amoureuses, d’avoir des amis proches, et ainsi de suite.

Ce n’est généralement pas le cas de la dépression saisonnière généralisée, qui a tendance à frapper encore plus fort les personnes qui en souffrent, car leur anxiété sociale s’insinue dans tous les domaines de leur vie.

Si tu t’intéresses aux effets négatifs que l’anxiété sociale a souvent sur les personnes qui en souffrent, clique ici pour accéder à notre article qui traite des dix conséquences les plus graves de la dépression saisonnière.

Trouble d’anxiété sociale circonscrit (spécifique)

L’anxiété sociale circonscrite (également : anxiété sociale spécifique) est vécue par des personnes qui ne craignent qu’une ou très peu de situations sociales spécifiques.

Chez les personnes atteintes de dépression saisonnière, l’anxiété liée à la prise de parole en public est extrêmement fréquente. Les personnes qui s’inquiètent uniquement de tels scénarios seraient classées dans ce type de TAS.

Circumscribed social anxiety means that a person experiences SAD symptoms only in very few, specific social situations.

Par rapport à la dépression saisonnière généralisée, la composante génétique associée à l’anxiété sociale circonscrite n’est pas aussi importante. Elle a également tendance à commencer un peu plus tard, généralement pendant la puberté (Mannuzza et al., 1995).

Les personnes souffrant de ce type d’anxiété sociale sont également plus susceptibles de signaler des expériences sociales traumatisantes qui ont marqué le début de leur phobie sociale (Öst, 1985).

Par exemple, de nombreuses personnes déclarent avoir été ridiculisées en classe ou avoir un souvenir précis d’avoir été malmenées.

Les personnes atteintes de TAS circonscrit peuvent se sentir confiantes dans la plupart des situations sociales et leurs amis et connaissances ne s’attendraient souvent pas à ce qu’elles luttent contre des peurs sociales importantes.

Catégorie II : Types de situations sociales redoutées

Une autre suggestion sur la façon de distinguer les personnes souffrant de TAS est basée sur le type de situations qu’elles craignent (Spokas & Cardaciotto, 2014). Ici, la quantité de scénarios sociaux redoutés n’est pas un facteur déterminant.

Cette catégorie permet de différencier les trois types d’anxiété sociale suivants :

  • L’anxiété dans les situations de performance
  • Anxiété dans les situations d’interaction
  • Anxiété dans les situations d’observation

L’anxiété sociale dans les situations de performance

La peur de la performance est très fréquente chez les personnes souffrant de troubles de l’anxiété sociale (Eng et al., 2000).

Certaines personnes semblent ne souffrir que de la peur de la performance, comme c’est le cas pour la plupart des personnes souffrant d’anxiété de parler en public.

Pour ce groupe de personnes, être observé alors qu’il ne se produit pas devant un public ne pose aucun problème (Spokas & Cardaciotto, 2014). Cela est également vrai pour les situations qui les obligent à interagir avec d’autres personnes.

Par rapport aux deux autres types de cette catégorie, les personnes souffrant d’anxiété de performance pure sont moins altérées, souffrent moins de troubles mentaux supplémentaires et sont moins évitantes socialement (Knappe et al., 2011).

Cependant, lorsqu’elles sont confrontées à une tâche d’expression orale, ce sous-groupe de personnes souffrant de TAS a tendance à ressentir plus d’anxiété et à réagir plus fortement sur le plan physiologique, comme l’augmentation du rythme cardiaque, l’essoufflement, la transpiration accrue, etc. (Tran & Chambless, 1995Boone et al., 1999).

Comme pour la dépression saisonnière circonscrite mentionnée ci-dessus, les personnes souffrant de la seule peur de la performance déclarent souvent avoir vécu une situation de performance traumatisante qui a déclenché leur dépression saisonnière (Stemberger, Turner, Beidel, & Calhoun, 1995).

De plus, d’autres équipes de recherche ont trouvé des similitudes dans les réactions physiologiques des personnes souffrant de TAS limité par la performance et de trouble panique, et ont identifié que, dans de nombreux cas, une attaque de panique avait précédé l’apparition de leurs peurs de la performance (Hofmann, Ehlers, & Roth, 1995Nardi et al., 2009).

Il convient de noter que les peurs de la performance sont très courantes chez les personnes souffrant d’anxiété sociale.

Le type d’anxiété sociale “performance uniquement” se caractérise par l’expérience de peurs liées à la performance uniquement et une absence générale de peurs sociales liées à d’autres situations (Eng et al., 2000).

Anxiété sociale dans les situations d’interaction et d’observation

Bien que certains experts aient proposé de différencier la peur des situations d’interaction et la peur des situations d’observation, il semble y avoir un chevauchement important entre les deux types (Cox, Clara, Sareen, & Stein, 2008 ; Ruscio et al., 2008).

C’est-à-dire qu’une écrasante majorité des personnes qui ont peur des situations d’interaction, comme converser avec des collègues de travail ou une personne qui les attire, ont également peur des situations d’observation, comme être observé en mangeant, en buvant ou en écrivant.

Cette relation est bidirectionnelle, ce qui signifie qu’il n’y a pratiquement aucune personne souffrant de TAS qui n’entre que dans l’une des deux catégories.

Qui plus est, la plupart des personnes qui craignent les situations d’interaction et d’observation craignent aussi les situations de performance. Jette un coup d’œil au graphique suivant pour comprendre comment elles ont tendance à se produire et à être liées les unes aux autres.

Alors que les personnes qui craignent les situations d'observation craignent généralement aussi les situations d'interaction et vice versa, il y a beaucoup de personnes qui ressentent une anxiété liée aux situations de performance uniquement.

Les chercheurs et les experts ne savent toujours pas si les situations d’observation et d’interaction doivent être regroupées séparément ou ensemble, et si ces spécificateurs sont utiles ou non.

Examinons la dernière forme de sous-groupement, qui porte sur l’objet des peurs sociales.

Catégorie III : focalisation des peurs sociales

La plupart des personnes atteintes de phobie sociale sont excessivement préoccupées par le fait de se comporter d’une manière propice à une évaluation négative et au rejet.

Cependant, il semble y avoir deux écarts majeurs par rapport à cette caractéristique centrale apparente du TAS (Spokas & Cardaciotto, 2014).

L’une concerne le sous-ensemble des personnes souffrant de TAS dont la crainte prédominante est de montrer des signes physiques observables d’anxiété, tandis que l’autre se rapporte à ceux qui sont principalement préoccupés par la possibilité d’offenser les autres.

Cela signifie que cette catégorie est composée des trois types suivants :

  • Focalisation sur l’anxiété sociale : comportement inepte
  • Foyer d’anxiété sociale : symptômes d’anxiété observables
  • Focalisation sur l’anxiété sociale : offenser les autres

Examinons ces trois types de focalisation de l’anxiété sociale.

Focalisation : Comportement

La peur d’agir d’une manière qui pourrait entraîner une évaluation négative, un rejet, une désapprobation ou une humiliation est souvent considérée comme la caractéristique cardinale du TAS (Spokas & Cardaciotto, 2014).

Et en effet, la plupart des personnes atteintes de TAS décrivent leur principale préoccupation comme le fait de se comporter de manière inepte.

Les individus peuvent s’inquiéter de dire une bêtise, de faire une erreur ou de se comporter de manière socialement maladroite.

Pour eux, ce qu’ils font est considéré comme la principale source d’inquiétude.

Pour cette raison, ils surveillent de près leur propre comportement et peuvent même planifier des conversations entières à l’avance pour s’assurer qu’ils ne disent rien qui pourrait être considéré comme stupide ou idiot.

Focalisation : Symptômes d’anxiété observables

Une proportion considérable de personnes atteintes de TAS déclarent présenter des signes observables d’anxiété comme leur principale crainte (Bögels and Reith, 1999).

Selon la personne, la principale préoccupation peut être des réactions physiques comme la transpiration, le rougissement ou les tremblements.

Pour d’autres, il peut s’agir de l’essoufflement ou de la peur de voir leur voix se fissurer.

Souvent, la peur de voir apparaître la réaction physique déclenche l’apparition du symptôme.

Lorsque c’est le cas, les personnes touchées ont tendance à devenir encore plus anxieuses ou peuvent se sentir gênées, ce qui peut intensifier encore plus leurs réactions physiques.

De cette façon, un cercle vicieux peut émerger et conduire à des niveaux élevés d’anxiété et à l’évitement des situations dans lesquelles les symptômes peuvent apparaître.

Il a été suggéré que l’augmentation de l’attention centrée sur soi exacerbe les réponses physiologiques telles que le rougissement (Bögels, 2006).

Les personnes qui craignent de montrer des symptômes physiques d’anxiété rapportent souvent des expériences traumatisantes connexes, comme le fait d’avoir été taquinées parce qu’elles présentaient ces symptômes (Mulkens and Bögels, 1999).

D’autres personnes peuvent souffrir de conditions médicales supplémentaires qui provoquent leurs symptômes physiques  (Bögels et al., 2010).

Par exemple, la rosacée (affection cutanée provoquant des rougeurs), l’hyperhidrose (transpiration excessive) ou le tremblement essentiel (tremblement involontaire, souvent dans les mains), peuvent amener les personnes touchées à craindre d’afficher les manifestations physiques de leur affection dans certaines situations sociales.

Pour savoir comment gérer au mieux les symptômes physiques de l’anxiété sociale, clique ici pour accéder à notre article décrivant les stratégies appropriées.

Focalisation : Offenser les autres [également : Taijin Kyofusho].

Alors que les types d’anxiété sociale décrits jusqu’à présent se préoccupent principalement de l’impression que l’on laisse aux autres, ce sous-type se préoccupe surtout de la possibilité d’offenser les autres et de l’effort pour éviter que cela ne se produise.

Dans la culture japonaise et coréenne, ce type d’anxiété sociale est très répandu et est appelé Taijin Kyofusho (対人恐怖症).

Il décrit une peur persistante et excessive d’offenser les autres dans des situations sociales (Vriends, Pfaltz, Novianti, & Hadiyono, 2013).

Dans ce sous-type de TAS, la peur sociale se concentre sur le fait de faire quelque chose qui est embarrassant pour les autres, plutôt que de faire quelque chose qui est embarrassant pour soi-même (Iwase et al., 2000).

Il a été suggéré que ce phénomène est lié aux cultures collectivistes qui mettent l’accent sur l’harmonie sociale et l’interdépendance (Rector, Kocovski, & Ryder, 2006).

Cependant, il a été démontré que les personnes des cultures occidentales qui défendent les mêmes valeurs peuvent également présenter des symptômes de ce type (Dinnel, Kleinknecht, & Tanaka-Matsumi, 2002).

Il a été suggéré que la peur d’offenser les autres pourrait être attribuée à la peur centrale de l’évaluation négative du TAS, car contrarier les autres augmente le risque d’être rejeté et désapprouvé (Magee, Rodebaugh, & Heimberg, 2006).

Super, maintenant tu as une assez bonne compréhension des types d’anxiété sociale de base. La prochaine fois, nous couvrirons certaines phobies spécifiques qui comprennent des peurs et des angoisses dans un certain nombre de situations sociales différentes.

Types spécifiques de phobies et syndromes liés à l’anxiété sociale

Dans certains cas, les peurs sociales d’une personne se limitent à une situation sociale très spécifique et ne sont ressenties que dans ces contextes.

Selon la première catégorie décrite ci-dessus, les personnes qui répondent à ces critères seraient considérées comme ayant une anxiété sociale circonscrite (également appelée spécifique).

Dans cette section, nous allons aborder brièvement certaines des phobies spécifiques les plus courantes qui relèvent du trouble d’anxiété sociale.

Glossophobie : L’anxiété de parler en public

Le terme glossophobie, également angoisse de parler en public, est utilisé pour désigner une peur intense de parler devant d’autres personnes.

La glossophobie est très répandue et est considérée comme un sous-type de TAS (Pull, 2012). La plupart des personnes atteintes de TAS généralisé en sont affectées.

Cependant, même les personnes sans phobie sociale luttent souvent contre ce type de peur spécifique.

Les personnes touchées ont tendance à avoir des réactions physiologiques et psychologiques excessives lorsqu’elles parlent devant un public.

Erythrophobie : La peur de rougir

Le rougissement du visage est une réaction physiologique qui accompagne généralement les sentiments de gêne et fonctionne comme un indice social, signalant que nous sommes conscients de nous être comportés de manière socialement inacceptable.

Cependant, lorsque le symptôme dépasse les limites normales de l’expression émotionnelle socialement acceptée, les gens peuvent facilement avoir peur de cette réaction (Laederach-Hofmann, Mussgay, Büchel, Widler, & Rüddel, 2002).

L’érythrophobie est un phénomène courant chez les adolescents qui a tendance à diminuer avec l’âge. Cependant, ce n’est pas toujours le cas.

Très peu de personnes cherchent un traitement pour leur peur de rougir, en partie parce qu’une forte stigmatisation y est attachée et parce que leur médecin traitant ne la prend peut-être pas assez au sérieux ou ne connaît pas les options de traitement disponibles.

L’hyperhidrose et la peur de transpirer en public

L’hyperhidrose – la transpiration excessive – est assez fréquente chez les personnes souffrant d’anxiété sociale, environ une personne sur quatre souffrant de TAS étant touchée (Davidson, Foa, Connor, & Churchill, 2002).

Dans la plupart de ces cas, l’augmentation de la transpiration est perçue comme une raison potentielle d’examen, déclenchant des sentiments d’anxiété sociale, causant une détresse considérable et souvent un handicap (Nahaloni & Iancu, 2014).

Les experts ne savent toujours pas si l’hyperhidrose est le résultat d’un dysfonctionnement des glandes sudoripares, d’une excitation émotionnelle accrue dans les situations sociales ou d’une combinaison des deux.

Néanmoins, il a été démontré que l’augmentation de la transpiration semble abaisser le seuil de développement de l’anxiété sociale (Nahaloni & Iancu, 2014).

Anxiété de la performance et peur de la scène

L’anxiété liée à la performance est un phénomène parfaitement normal, surtout si la performance est évaluée par un public potentiellement jugeant (Bögels & Lamers, 2002).

L’évaluation des autres entraîne souvent des conséquences importantes pour un individu, ce qui peut intensifier les sentiments d’anxiété (Bancroft, 2009).

Par exemple, selon les performances d’un athlète à un moment critique d’une compétition, il peut être évalué favorablement ou négativement.

Cela signifie que l’athlète court le risque d’être évalué négativement par ses coéquipiers, son entraîneur, ses fans et même par lui-même (Rowland & van Lankveld, 2019).

Les conséquences possibles d’une telle évaluation négative peuvent être des coéquipiers déçus, moins de temps de jeu lors du prochain match, une pression plus forte des fans sur les performances, le non-renouvellement de son contrat avec l’équipe et une moindre confiance en soi, pour n’en citer que quelques-unes.

La perspective de ces conséquences possibles peut naturellement causer de l’anxiété, et cette anxiété peut à son tour avoir un impact négatif sur ses performances.

Les personnes qui souffrent de trac sévère ont généralement vécu cette expérience, ce qui les amène à ressentir encore plus d’anxiété dans des situations de performance qui peuvent être critiques pour elles.

Anxiété liée à la performance sexuelle

L’anxiété liée à la performance sexuelle est étroitement liée au trac dans la mesure où elle est généralement déclenchée par la peur des conséquences négatives possibles d’une performance inadéquate.

Surtout au début d’une relation, l’activité sexuelle est souvent associée à l’évaluation et à ses conséquences potentielles.

Les deux parties peuvent s’inquiéter des attentes et des perceptions de leur partenaire, et craindre non seulement de se sentir gênés et honteux s’ils ne font pas une performance “adéquate”, mais aussi que leur relation elle-même soit endommagée ou mise en danger (Rowland & van Lankveld, 2019).

La perspective de telles conséquences négatives peut facilement conduire à l’anxiété, et l’anxiété est associée à la déficience sexuelle (Dèttore, Pucciarelli, & Santarnecchi, 2013van den Hout & Barlow, 2000).

Cela peut bien sûr créer un cercle vicieux dans lequel les conséquences négatives entraînent encore plus d’inquiétudes quant aux performances sexuelles “appropriées” lors de futures rencontres sexuelles.

Anxiété des rencontres et anxiété hétérosociale

Alors que le terme anxiété des rencontres est explicite, l’anxiété hétérosociale fait référence à la peur dans les situations sociales qui impliquent les deux sexes (Glickman & La Greca, 2004).

Cependant, ce terme exclut les personnes qui sont attirées par des personnes de leur propre sexe. Par conséquent, nous tenons à préciser que nous faisons ici référence à l’anxiété qui survient lors d’interactions avec des personnes du sexe auquel on est attiré.

Dans l’anxiété des fréquentations comme dans l’anxiété hétérosociale, la réponse anxieuse peut être déclenchée par un décalage entre le désir de faire une impression positive et la peur de ne pas y parvenir.

En particulier chez les personnes qui accordent beaucoup d’importance à la conquête d’un partenaire potentiel et qui souffrent en même temps d’un manque de confiance en elles, cela peut conduire à de forts sentiments d’anxiété sociale lors de rendez-vous ou dans d’autres situations hétérosociales.

Si tu es affecté par l’anxiété liée aux rencontres, tu peux cliquer ici pour consulter notre article sur les rencontres avec l’anxiété sociale, qui comprend 15 conseils utiles pour des rendez-vous plus agréables.

Parurésie : Syndrome de la vessie timide

La parurésie est l’incapacité à uriner dans des situations qui peuvent impliquer d’être scruté par les autres (Prunas, 2013). On l’appelle aussi souvent le syndrome de la vessie timide.

Les personnes touchées s’inquiètent généralement de paraître étranges ou peu sûres d’elles si elles ne peuvent pas se “lâcher” en présence d’autres personnes.

Comme l’anxiété sous-jacente peut être attribuée aux inquiétudes liées au fait d’être jugé ou évalué négativement, elle est classée comme un type de trouble d’anxiété sociale (American Psychiatric Association, 2013).

Parcoprésis : Syndrome des intestins timides

Semblable au syndrome de la vessie timide, la parcoprésie décrit l’incapacité et/ou la difficulté à aller à la selle dans les toilettes publiques ou autrement en présence d’autres personnes, motivée par la peur d’une évaluation négative et indésirable par les autres (Knowles & Skues, 2016).

Le syndrome de l’intestin timide est associé à une détresse psychologique importante chez les personnes touchées et tend à diminuer la qualité de vie globale (Kuoch, Austin, & Knowles, 2019).

Les sentiments de gêne et de honte, ainsi qu’une forte stigmatisation, entravent souvent la recherche de traitement.

Syndrome de référence olfactive : Peur de sentir mauvais

Les personnes souffrant du syndrome de référence olfactive sont convaincues qu’elles dégagent une odeur désagréable (Pryse-Phillips, 1971).

Les symptômes typiques sont les lavages répétés, les changements fréquents de vêtements, l’utilisation excessive de déodorants et de parfums, et les restrictions sur les voyages et la vie sociale.

De plus, les personnes atteintes de ce trouble sont souvent convaincues de recevoir des commentaires négatifs des autres concernant leur odeur, comme des gestes négatifs ou même des remarques.

Le syndrome de référence olfactive amène souvent les personnes qui en souffrent à se donner beaucoup de mal pour réduire leur odeur corporelle et à passer une grande partie de leur temps à s’inquiéter de leur odeur lorsqu’elles sont avec d’autres personnes (Begum & McKenna, 2011).

Anxiété liée au contact visuel

Comme nous l’avons souligné, le TAS se caractérise par une peur excessive d’être jugé, évalué négativement ou rejeté.

On pense que le contact visuel direct peut déclencher cette peur et que les personnes socialement anxieuses essaient donc de l’éviter autant que possible (Schneier, Rodebaugh, Blanco, Lewin, & Liebowitz, 2011).

D’un point de vue évolutionnaire, cela pourrait être une stratégie adaptative, car elle signale aux autres que l’on n’est pas une menace et que l’on adopte volontairement une position soumise.

Du point de vue d’une personne socialement anxieuse, le fait d’éviter le contact visuel avec les personnes plus haut placées dans le système de rang social garantit qu’elles ne seront pas contrariées et éventuellement attaquées et rejetées (Gilbert, 2001).

En évitant le regard des autres, ils peuvent perdre leur statut dans la hiérarchie sociale, mais ils ne courent pas le risque d’être complètement rejetés et exclus.

Scopophobie : La peur d’être dévisagé

Tout comme l’anxiété liée au contact visuel, la peur d’être dévisagé peut s’expliquer par la peur sous-jacente d’être jugé et rejeté, la marque de fabrique du trouble d’anxiété sociale.

Si cette peur est excessive, on parle aussi de scopophobie (Stanborough, 2020).

Du point de vue de l’évolution, être dévisagé peut signaler un danger potentiel. Si nous faisons l’objet d’un regard critique de la part des autres ou si nous sommes simplement dévisagés pendant une période plus longue, le cerveau humain perçoit une menace sociale et tire la sonnette d’alarme.

C’est pourquoi certaines personnes deviennent anxieuses à la simple idée d’être dévisagées ou d’être observées de manière critique.

Deipnophobie : Peur de manger et/ou de boire en public

Un nombre important de personnes éprouvent des sentiments d’anxiété et d’insécurité intense lorsqu’elles mangent ou boivent en public.

La peur excessive de manger en public est également connue sous le nom de déipnophobie (Rittenhouse, 2021).

Certains peuvent craindre d’aller au restaurant seuls parce qu’ils pensent que les autres pourraient les trouver bizarres ou qu’ils n’ont pas d’amis, tandis que d’autres ont peur de devoir parler à leurs compagnons ou que les autres remarquent leurs mains qui tremblent.

Si la peur résulte de la crainte d’être évalué ou jugé négativement, elle est considérée comme une forme d’anxiété sociale.

Bibliophobie : Peur de lire en public

De nombreuses personnes qui ont peur de lire à haute voix devant d’autres personnes ont vécu une expérience sociale traumatisante qui a provoqué l’apparition de leur peur excessive.

Si tu veux en savoir plus sur la peur de lire à voix haute, clique ici pour accéder à notre article sur ce phénomène, qui aborde les causes et les remèdes.

Scriptophobie : Peur d’écrire en public

Tout comme certaines personnes ont peur de manger en public, car les autres peuvent remarquer que leurs mains tremblent, d’autres peuvent avoir peur d’écrire en public.

Cependant, si la personne a peur d’inscrire son nom sur un contrat, la peur sous-jacente est probablement d’une autre nature. Dans ce cas, on ne parlerait pas de phobie sociale.

Pour être classée comme une forme d’anxiété sociale, l’anxiété sous-jacente doit être basée sur la peur d’être évalué négativement par les autres.

Veuillez noter que cette liste n’est en aucun cas exhaustive. En général, si une personne est excessivement anxieuse à propos d’un ou plusieurs scénarios sociaux spécifiques et que sa principale préoccupation est d’être évaluée négativement, jugée ou rejetée, il s’agit très probablement d’un type spécifique d’anxiété sociale.

Cependant, plusieurs critères doivent être remplis pour recevoir un diagnostic. Si tu veux en savoir plus, clique ici pour accéder à notre article sur les critères de diagnostic de la dépression saisonnière.

Tu ne devrais pas non plus manquer notre cours gratuit de 7 jours par e-mail.

Il t’aidera à comprendre les déclencheurs et les symptômes de ton anxiété, à apprendre des outils pratiques pour soulager ton anxiété à court et à long terme et à te mettre sur la voie d’une vie plus satisfaisante et plus confiante sous la direction d’experts.


Epingle | Partage | Suis

[DISPLAY_ULTIMATE_SOCIAL_ICONS]

Afficher les références

À propos de l’auteur : Martin Stork

Martin est un psychologue professionnel avec un historique en thérapie physique. Il a organisé et dirigé divers groupes de soutien pour les personnes souffrant d’anxiété sociale à Washington, DC et à Buenos Aires, en Argentine. Il est le fondateur de Conquer Social Anxiety Ltd, où il opère en tant qu’écrivain, thérapeute et directeur. Tu peux cliquer ici pour en savoir plus sur Martin.