Comment aider un élève souffrant d’anxiété sociale ?

Le trouble d’anxiété sociale (TAS), la peur excessive d’être jugé et humilié, est un phénomène tristement courant chez les élèves.

Alors qu’environ 6 % des enfants sont touchés par ce trouble (Chavira, Stein, Bailey, & Stein, 2004Ruscio, Brown, Chiu, Sareen, Stein, & Kessler, 2008), les chiffres augmentent rapidement avec le début de la puberté, le trouble atteignant un pic vers l’âge de 12 ans (Kessler et al., 2005).

Une étude réalisée en 2017 par Mekuria et ses collègues a révélé que pas moins de 27,5 % des élèves de l’école ordinaire en 11e et 12e année répondaient aux critères de diagnostic complets du TAS.

Bien que les cas de cette étude spécifique soient particulièrement élevés et puissent varier selon les pays, on peut supposer qu’une classe de vingt adolescents ou jeunes adultes comprend entre deux et cinq élèves présentant des peurs sociales marquées.

Social anxiety is very common in students. Teachers need to be aware of this in order to provide the right learning environment.

Le trouble d’anxiété sociale, également appelé phobie sociale, ne fait pas référence au trait de personnalité qu’est l’introversion ni au sentiment d’insécurité que ressentent couramment la majorité des adolescents.

Ils décrivent plutôt un problème de santé mentale qui doit être pris au sérieux et nécessite une attention particulière.

De nombreux parents sous-estiment l’ampleur du dilemme de leur enfant (Masia, Klein, Storch, & Corda, 2001). Contrairement à la croyance populaire, la plupart des enfants concernés ne se débarrassent pas naturellement de ces préoccupations excessives en grandissant.

Le fait de ne pas identifier le trouble et de ne pas intervenir à un âge précoce peut avoir des effets néfastes sur la santé mentale des élèves.

S’il n’est pas traité, le TAS a tendance à avoir une évolution chronique tout au long de la vie (Yonkers, Dyck, & Keller, 2001Yonkers, Bruce, Dyck, & Keller, 2003) et entraîne souvent d’autres problèmes de santé mentale, comme la dépression et la toxicomanie (Wittchen, 2000Sonntag, Wittchen, Höfler, Kessler, & Stein, 2000).

Ce guide complet s’adresse aux enseignants et professeurs d’élèves socialement anxieux.

Nous couvrirons les mises en garde importantes liées à l’anxiété sociale dans le domaine universitaire et fournirons des stratégies utiles et pratiques pour aider les élèves concernés à s’épanouir et à réduire potentiellement leurs peurs sociales en cours de route.

L’anxiété sociale chez les élèves : Une introduction

La principale caractéristique du trouble d’anxiété sociale est la préoccupation excessive d’être évalué négativement, jugé ou rejeté dans des contextes sociaux (American Psychiatric Association, 2013).

Comme tu peux l’imaginer, l’adolescence représente un chapitre particulièrement difficile pour les personnes touchées, étant donné que la reconnaissance, le respect et l’acceptation parmi les pairs jouent un rôle crucial pendant cette phase de développement.

La peur d’être jugés conduit souvent les adolescents atteints de TAS à cacher leur état (Ryan & Masia Warner, 2012). Cela tend à son tour à accroître leurs craintes d’être découverts et peut conduire à un cercle vicieux qui s’auto-alimente.

Par conséquent, la phobie sociale entraîne généralement une importante déficience fonctionnelle .

Parmi les conséquences à court terme les plus courantes, citons (Beidel, Turner, Morris, 1995Beidel, Turner, Morris, 1999Connolly & Bernstein, 2007) :

  • des amitiés moins nombreuses et moins satisfaisantes
  • évitement des interactions sociales (comme entamer des conversations, participer à des clubs ou des équipes sportives),
  • s’abstenir de participer à des activités en classe (travail en groupe, répondre à des questions, etc.).

Comme nous l’avons déjà mentionné, les conséquences à long terme peuvent être néfastes, les personnes affectées développant souvent une dépression, une toxicomanie ou d’autres troubles de la santé mentale (Kessler, Stang, Wittchen, Stein, & Walters, 1999; Wittchen, 2000; Sonntag, Wittchen, Höfler, Kessler, & Stein, 2000).

Il convient également de noter le nombre remarquablement élevé de tentatives de suicide chez les personnes souffrant simultanément de TAS et de dépression (Wunderlich, Bronisch, & Wittchen, 1998).

Statistiques du comportement suicidaire chez les personnes souffrant de trouble d'anxiété sociale et de dépression concomitante.

Muni de ces informations, tu peux supposer qu’il existe des programmes médicaux établis qui dépistent le TAS pendant l’enfance et la première adolescence.

Cependant, cet état est encore largement négligé, reste sous-diagnostiqué et n’est donc pas assez traité (Pöhlmann, Döbbel, Löffler, Israel, & Joraschky, 2009).

En fait, moins de 20 % des adolescents souffrant de troubles anxieux reçoivent un traitement professionnel pour leur état (Merikangas et al., 2011).

L’anxiété sociale pousse de nombreux élèves à abandonner l’école prématurément, à ne pas poursuivre une carrière universitaire et à rester en dessous de leur potentiel professionnel à grande échelle (Van Ameringen, Mancini, & Farvolden, 2003).

Étant donné que les élèves passent la plupart de leur temps à l’école ou à l’université, un environnement intrinsèquement social, ces institutions représentent un facteur crucial concernant le développement, le maintien et l’amélioration potentielle du TAS de leurs élèves.

Travaillant avec ces enfants au quotidien, les éducateurs devraient tenir compte de la lutte potentielle que leurs élèves peuvent traverser et faire preuve de souplesse dans leur méthodologie, en l’adaptant aux particularités des élèves affectés.

Ainsi, en tant qu’enseignant, tu peux avoir un impact décisif, non seulement sur les résultats scolaires de tes élèves, mais aussi sur le développement de leurs capacités sociales, de leur santé mentale et de leur satisfaction de vie en général.

Cela ne veut pas dire que tu dois, en tant qu’enseignant, assumer le rôle de thérapeute des élèves.

Cependant, compter sur des outils et des stratégies pratiques qui te permettent d’ajuster l’environnement d’apprentissage de manière à ce que tes élèves socialement anxieux puissent participer activement et s’épanouir est inestimable.

Jetons un coup d’œil sur l’importance des écoles, des universités et des éducateurs à ce sujet.

Le rôle crucial des écoles et des enseignants

La nature sociale inhérente au TAS fait du traitement de groupe une intervention idéale pour les personnes souffrant de phobie sociale.

Étant donné que les symptômes d’insécurité surviennent dans des cadres naturels et quotidiens, les thérapeutes essaient généralement de recréer de telles situations sociales avec leurs patients.

Cependant, cette tâche peut s’avérer difficile dans le contexte clinique, car les diagnostics des patients diffèrent souvent et la planification entre les clients est souvent difficile (Ryan & Masia Warner, 2012).

De plus, ces opportunités ne s’appliquent qu’aux personnes identifiées comme souffrant de TAS et correctement diagnostiquées comme telles.

Comme nous l’avons déjà souligné, la plupart des cas d’élèves affectés sont encore négligés (Kashdan & Herbert, 2001), ce qui signifie qu’ils reçoivent rarement une aide professionnelle (Essau, Conradt, & Petermann, 1999).

Comme les écoles et les universités comptent généralement de nombreux étudiants socialement anxieux et provoquent inévitablement des situations de détresse sociale, les chances d’identifier des individus affectés dans cet environnement sont plutôt bonnes.

De plus, les écoles et les universités offrent un cadre idéal pour une approche de traitement de l’anxiété sociale dans le monde réel (Ryan & Masia Warner, 2012). Par exemple, les élèves peuvent s’exercer à des scénarios couramment évités, tels que :

  • participer en classe (poser ou répondre à des questions, partager leur opinion, etc,)
  • interagir avec des figures d’autorité (enseignants et professeurs),
  • socialiser avec leurs pairs,
  • manger ou boire en public,
  • faire des présentations,
  • lire à haute voix devant de grands groupes, entre autres situations.

Les experts pensent que les interventions menées dans des contextes réels peuvent améliorer l’efficacité du traitement et que ses gains peuvent plus facilement se répercuter dans d’autres domaines de la vie (Ryan & Masia-Warner, 2012).

Sensibiliser les enseignants à la phobie sociale, ainsi que leur permettre d’orienter leurs élèves vers des traitements fructueux, peut conduire à une augmentation bien nécessaire des interventions réussies.

Jetons un coup d’œil sur certains signes qui pourraient indiquer qu’un de tes élèves souffre peut-être d’anxiété sociale.

Comment identifier l’anxiété sociale chez les élèves ?

Compte tenu de la nature du trouble, les élèves souffrant d’anxiété sociale suivent généralement les instructions et restent le plus souvent silencieux pendant le cours.

Comme ils ont tendance à ne pas s’interrompre, il peut être difficile de repérer les signes de l’anxiété sociale en classe (Ryan & Masia Warner, 2012).

Cela différencie bien sûr la TAS des troubles du comportement, qui sont souvent apparents tout de suite.

Comme nous l’avons déjà mentionné, les élèves atteints de phobie sociale essaient généralement de cacher leur insécurité. Par conséquent, tu peux voir un visage heureux, qui peut servir de déguisement à l’expérience interne de la peur et de l’insécurité.

Les phénomènes suivants peuvent être considérés comme les premiers indicateurs qu’un élève peut souffrir d’anxiété sociale :

  • L’élève est inhabituellement calme et ne participe pas activement aux activités de la classe.
  • L’élève reste principalement pour lui-même et ne s’engage pas avec ses pairs pendant les pauses.
  • L’élève utilise généralement son smartphone pendant que ses camarades socialisent.
  • L’élève reste passif lorsque des sous-groupes se forment.
  • L’élève évite le contact visuel direct ou ne le maintient que pendant de brefs instants.
  • L’élève “disparaît” pendant le cours – soit physiquement, soit en évitant de participer.
  • Lorsque l’élève prend la parole pendant le cours, ses réponses sont aussi brèves que possible.
  • L’élève est particulièrement irrité avant et pendant les présentations (ou des situations de performance similaires).
  • L’élève montre des signes physiques d’excitation et d’anxiété lorsqu’il est le centre d’attention (voix tremblante, mains qui tremblent, rougissement du visage, transpiration, essoufflement, etc.)
  • L’élève a du mal à se concentrer sur la tâche à accomplir lorsqu’il est observé (conscience de soi accrue).
  • L’élève quitte la classe pour aller aux toilettes lorsque des situations de performance/observation peuvent se présenter (“Qui va lire son devoir à la classe ?”).
  • Il y a un fort décalage entre la non-participation de l’élève pendant le cours et la qualité de ses devoirs écrits.

N’oublie pas qu’il existe un sous-type “performance uniquement”, qui désigne les personnes qui ne ressentent l’anxiété sociale que lors de situations de performance.

Cela signifie que certains élèves peuvent être des papillons sociaux, mais se sentent dépassés et se figent lorsqu’ils doivent présenter quelque chose au groupe.

Bien qu’une telle maladresse sociale soit peu caractéristique de ces élèves, il est important de prendre au sérieux leur soudaine réaction d’anxiété.

Maintenant que tu as une idée générale de la façon dont l’anxiété sociale peut se manifester chez tes élèves, voyons quelques stratégies pratiques que tu peux employer pour les aider à s’épanouir en classe.

Stratégies pour aider les élèves souffrant d’anxiété sociale

Les outils et stratégies suivants sont des recommandations générales pour les enseignants qui soupçonnent qu’un ou plusieurs de leurs élèves souffrent de phobie sociale.

N’oublie pas que chaque personne est différente, ce qui signifie que tu dois surveiller de près les effets que ta méthodologie peut avoir sur chaque individu.

N’oublie pas non plus que tu es l’enseignant de l’enfant, pas son thérapeute. Tes interventions doivent être en accord avec ton rôle d’éducateur.

Ceci étant dit, jetons un coup d’œil sur quelques conseils utiles pour travailler avec des groupes qui contiennent des élèves souffrant d’anxiété sociale.

(1) N’en déduis pas que l’élève se désintéresse de ton cours.

Il est naturel de supposer que ceux qui ne participent pas à une conversation ne s’y intéressent pas. Cependant, ce n’est pas forcément le cas.

Les personnes socialement anxieuses souffrent souvent d’être jugées comme distantes, réservées, arrogantes ou désintéressées. Pourtant, dans la plupart des cas, cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité.

Si tu supposes qu’un de tes élèves peut souffrir d’anxiété sociale, tu peux aussi supposer qu’il participerait plus activement en classe, s’il n’était pas inhibé par ses peurs sociales.

(2) Fais attention à mettre l’élève sur la sellette.

De nombreuses personnes atteintes de phobie sociale redoutent d’être le centre d’attention. N’oublie pas que se présenter en classe est un grand pas pour la plupart des élèves atteints de TAS.

Fais attention à qui tu mets sur la sellette. Alors que certains élèves peuvent avoir besoin de ce type de stimulation, ceux qui souffrent d’anxiété sociale peuvent commencer à craindre ton cours et rester à la maison en conséquence.

Cherche plutôt des moyens pour qu’ils puissent choisir de participer s’ils se sentent à la hauteur de la tâche.

(3) Facilite la discussion de manière à permettre à l’élève de participer.

Dans chaque groupe, tu as des individus qui parlent beaucoup et tu as ceux qui restent silencieux la plupart du temps.

Ta tâche en tant qu’enseignant est de diriger les discussions de manière à permettre aux élèves les plus timides de participer activement au processus.

Parfois, les élèves atteints de TAS ne savent pas s’ils doivent ou non poser une question ou exprimer leur opinion. Puis, l’un des extravertis ajoute ses 2 cents et l’élève socialement anxieux décide de rester silencieux, une fois de plus.

Veillez à offrir un espace de participation à ceux qui restent habituellement muets, en leur faisant savoir que leur participation est précieuse et souhaitée.

(4) Pose à l’élève des questions simples qui ne nécessitent pas de réponses détaillées.

Certains élèves souffrant d’anxiété sociale ont intérêt à être un peu poussés. Si tu le fais avec soin, tu peux augmenter considérablement la participation des élèves.

Par exemple, en posant à l’élève des questions simples du type “oui ou non“, ou en lui demandant s’il est d’accord ou non avec une idée spécifique, tu peux faciliter le processus de prise de parole.

La raison principale en est non seulement la légère impulsion que tu donnes à l’élève, mais aussi le contrôle qu’il a sur l’étendue de sa réponse. S’ils se sentent dépassés, ils peuvent simplement donner une réponse rapide.

Cependant, comme nous l’avons souligné précédemment, fais attention à cette stratégie, car elle peut être contre-productive chez certains individus.

(5) Récompense la participation avec des réponses positives.

Dire quelque chose mais ne recevoir aucun retour peut être douloureux. Tu le sais probablement par expérience personnelle.

N’oublie pas que les élèves socialement anxieux peuvent avoir du mal à s’exprimer. Lorsqu’ils le font, assure-toi de répondre à leurs idées, en leur montrant que tu as écouté et que tu t’intéresses à leurs opinions.

En utilisant ces petites mais puissantes récompenses verbales, tu conditionnes l’élève à répéter ce comportement.

Il est recommandé de le faire même si la participation est très brève ou si la réponse de l’élève est fausse. N’oublie pas que ce que tu renforces, ce ne sont pas les mauvaises réponses, mais le comportement de participation proactive en classe.

(6) Incorpore des pauses fréquentes et actives.

Le stress et l’anxiété constante font des ravages sur le corps et l’esprit.

Imagine que tu es en état d’alerte permanent, mais que tu dois rester assis, faire semblant d’aller bien et te concentrer sur ce qui se dit car on peut te solliciter.

C’est en gros ce que ressent l’anxiété sociale en classe.

Intégrer des pauses fréquentes et actives dans tes cours peut aider à réduire cet état intérieur de tension et d’anxiété chez tes élèves atteints de TAS.

La pleine conscience ou la respiration profonde peuvent aussi être bénéfiques. Cependant, certaines personnes anxieuses peuvent ressentir une anxiété dite induite par la relaxation, qui décrit une augmentation de l’excitation suite à des tentatives de relaxation.

Il faut donc se méfier de ce phénomène.

(7) Divise la classe en petits sous-groupes pour certaines tâches.

Participer à de grands groupes est souvent intimidant pour les personnes souffrant de phobie sociale.

Cependant, réduis la taille du groupe et tu pourras constater des changements étonnants dans la façon dont un élève socialement anxieux s’implique dans la tâche et avec ses pairs.

Offrir aux élèves affectés ce cadre social distinct peut leur permettre de contribuer activement aux tâches et de faire appel à leurs talents particuliers.

En demandant aux sous-groupes de désigner une personne pour présenter leur travail au reste de la classe, l’élève a une occasion supplémentaire de s’exposer.

Cependant, assurez-vous que les enfants concernés sont ceux qui décident de le faire et qu’ils ne sont pas forcés par le reste du groupe à exposer leur travail.

(8) Ne laisse pas les élèves former des sous-groupes par eux-mêmes

Lorsque vous divisez la classe en différents groupes, ne laissez pas les élèves former eux-mêmes les groupes.

Par peur du rejet, les élèves souffrant d’anxiété sociale restent souvent passifs lorsque des sous-groupes sont formés.

Il y a donc de fortes chances qu’ils soient systématiquement laissés de côté dans ce processus, ce qui tend à renforcer leur phobie sociale.

Au lieu de cela, assure-toi de choisir un système qui mélange les élèves et accueille chacun d’entre eux dans la classe.

De cette façon, les élèves concernés entrent en contact avec des pairs avec lesquels ils n’ont peut-être jamais interagi et se sentent plus inclus.

(9) Aborde le sujet directement avec l’élève dans un cadre privé et sûr

Approcher l’élève et discuter de la façon dont son anxiété sociale l’affecte en classe est une bonne stratégie pour de nombreuses personnes.

Tu dois cependant faire attention, car de nombreuses personnes touchées ont très honte de leur TAS et se sentent gênées lorsque les autres le découvrent.

Si tu sens que tu peux en parler à l’élève, essaie de le faire d’une manière qui ne l’accable pas.

Choisissez un cadre sûr, où aucun camarade n’est présent, et soyez attentif et sensible aux réactions de l’élève lorsque vous abordez le sujet.

Montrez à l’élève que vous vous souciez de son bien-être, de ses résultats scolaires et de son avenir, et faites-lui savoir qu’il a tout votre soutien.

Discutez de votre méthodologie et demandez-leur comment faire pour qu’ils se sentent plus à l’aise pendant le cours.

Fais-leur savoir que tu ne les mettras pas dans l’embarras et que tu ne feras pas exprès de créer des situations inconfortables.

En même temps, assure-toi qu’ils comprennent que l’environnement universitaire exige d’être vu et entendu et que l’élève devra faire des efforts de son côté.

Communiquez-lui que vous êtes là pour l’aider et que vous êtes ouvert pour discuter de tout problème qui pourrait survenir.

(10) Discute des arrangements spéciaux entre toi et l’élève

Dans certains cas, il peut être utile de conclure certains accords qui peuvent aider l’élève à se sentir plus à l’aise pendant le cours et l’aider à travailler sur son anxiété sociale.

Par exemple, tu peux promettre de ne pas faire appel à l’élève s’il ne lève pas la main. En échange, l’élève promet de participer au moins une fois par cours.

Tu peux aussi trouver un signal que l’élève peut utiliser chaque fois qu’il se sent dépassé, afin que tu puisses adapter la situation pour atténuer son anxiété.

Certains élèves bénéficient de l’autorisation de quitter la classe lorsqu’ils sont débordés. Ces pauses peuvent être camouflées en voyages aux toilettes.

Enfin, assure-toi de trouver une stratégie pour offrir à l’élève des occasions récurrentes d’exposition.

Discutez des situations qui effraient le plus l’élève. Une fois identifiées, faites savoir à l’élève que vous allez créer ces situations à petite échelle.

Par exemple, un élève qui a peur de lire à voix haute pourrait bénéficier du fait que tu lui donnes des occasions de lire de petites parties d’un texte. Assurez-vous que l’élève sait qu’il peut décider lui-même de le faire et qu’il ne sera pas forcé.

(11) Établis des règles et des accords ainsi qu’un signe de sécurité avec toute la classe.

Idéalement, lors du premier cours d’une nouvelle année scolaire ou d’un nouveau semestre, demande aux élèves s’ils peuvent imaginer des comportements possibles de leurs camarades qui les empêcheraient de se sentir en sécurité dans le groupe.

Demandez-leur quelles sont leurs valeurs et ce qui les fait se sentir à l’aise dans un groupe.

De cette façon, les élèves peuvent imaginer des directives et des règles de comportement qui garantissent un environnement d’apprentissage sûr pour tous. Une politique de non harcèlement devrait certainement en faire partie.

Assurez-vous que les élèves sont d’accord pour ne pas se discriminer les uns les autres et pour respecter leurs différences.

Le groupe peut trouver un signe qui indique que quelqu’un estime que les règles ont été enfreintes et qui peut être appliqué à tout moment.

De cette façon, les élèves souffrant d’anxiété sociale se sentiront beaucoup plus en sécurité. Non seulement en raison des accords établis, mais aussi parce qu’ils sont susceptibles de voir que leurs camarades ont leurs propres insécurités.

(12) Utilise des activités dans lesquelles les élèves partagent leurs vulnérabilités

De la même façon, tu peux intégrer des activités en classe qui encouragent les élèves à partager leurs points faibles, comme leurs peurs ou les choses qu’ils ne partagent généralement pas avec les autres.

Ce type d’activité n’est pas adapté à tous les groupes, car les brutes peuvent utiliser les informations divulguées par leurs camarades contre eux.

Cependant, si tu as établi des règles de conduite et une politique de non-discrimination, les élèves peuvent tirer un grand profit de ces activités.

Pour les jeunes, il peut être incroyablement soulageant de réaliser que leurs pairs luttent contre les mêmes insécurités qu’eux.

Pour les élèves souffrant d’anxiété sociale, cela peut être une expérience forte, qui peut atténuer leur détresse au sein du groupe.

(13) Encourage l’exposition graduelle

Nous avons déjà mentionné l’importance de l’exposition. Le traitement professionnel du trouble de l’anxiété sociale prévoit généralement que le patient affronte les situations sociales redoutées d’une manière ou d’une autre.

Même s’il est convenu d’y aller doucement avec l’élève, il est important qu’une certaine forme d’exposition fasse partie des activités en classe.

Autrement dit, l’élève doit comprendre que le fait d’affronter progressivement ses peurs est un outil puissant pour diminuer son anxiété et aller de l’avant.

Motive l’élève à se jeter régulièrement dans l’eau froide. Il doit comprendre que pour bénéficier d’accords spéciaux de ta part, il doit faire preuve de courage et d’efforts de son côté.

Une exposition fréquente et progressive aux situations sociales redoutées est le moyen le plus puissant de réduire l’anxiété sociale pour la plupart des personnes concernées.

(14) Renvoie l’élève à un conseiller scolaire

Si tu sens que l’anxiété sociale de l’élève le submerge, oriente-le vers le conseiller de l’école ou de l’université.

La phobie sociale est un problème de santé mentale qui nécessite souvent une aide professionnelle. Un bon conseiller scolaire orientera l’élève vers un psychothérapeute ou un établissement de traitement adapté.

Même si cela peut être initialement difficile à digérer pour l’élève, il y a de fortes chances qu’il te soit éternellement reconnaissant pour ton orientation.

(15) Discutez et résolvez le problème avec les parents de l’élève.

Un problème courant chez les jeunes souffrant de troubles de l’anxiété sociale est que soit ils cachent leur état à leurs parents, soit ceux-ci ne se rendent pas compte de l’ampleur du problème de leur enfant.

Ces deux scénarios peuvent avoir d’autres effets néfastes sur la santé mentale de l’élève.

Si tu as réussi à établir un lien avec l’élève et que tu peux discuter ouvertement de son TAS, demande-lui si ses parents sont au courant de sa phobie sociale et identifie leur position à ce sujet.

Si l’élève ne leur en a pas parlé, tu peux les encourager à le faire. Offrez à l’élève votre soutien à ce sujet.

Si les parents considèrent l’anxiété sociale de leur enfant comme insignifiante ou comme une phase qui passera d’elle-même, propose à l’élève d’organiser une réunion entre toi et ses parents pour discuter de la gravité du problème.

À cette réunion, tu peux également inviter un conseiller scolaire.

Nous espérons que ce guide t’aidera et que tu pourras offrir à tes élèves le soutien dont ils ont besoin.

Si tu as d’autres questions, laisse tes commentaires ci-dessous. Nous essaierons de te répondre dès que possible.

Pour en savoir plus sur l’anxiété sociale et les options de traitement disponibles, rendez-vous sur notre guide de traitement complet et fouinez sur notre site Web.

Nous nous efforçons de fournir une ressource complète avec ce site Web – merci de faire passer le mot !

Épingle | Partage | Suis


Afficher les références

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.