L’anxiété sociale chez les étudiants de l’université : La pandémie négligée

Dans une certaine mesure, l’anxiété sociale joue un rôle important pour chacun d’entre nous.

L’excitation psychosomatique – vigilance, tremblements, transpiration, etc. – est un signal de notre corps indiquant qu’il est important que nous nous comportions d’une certaine manière, que nous fassions bonne impression et que nous aidions les autres à se sentir à l’aise en notre présence.

Ce sont les mécanismes de la cohésion sociale, et notre système nerveux est intelligent pour réaliser qu’il y a une menace si la cohésion n’est pas présente.

Cependant, il arrive souvent que les niveaux d’anxiété deviennent si élevés qu’ils commencent à jouer contre nous, ce qui entraîne une baisse des performances sociales et empêche toute forme d’interaction sociale gratifiante.

De même, l’anxiété peut nous empêcher d’entrer dans des situations sociales, ou s’attarder plus longtemps que nécessaire pendant ou après.

Dans ces cas, nous pouvons considérer que la personne qui en souffre souffre d’un trouble d’anxiété sociale (TAS, également appelé phobie sociale).

En tant qu’adolescents et jeunes adultes, nous avons tendance à être moins sûrs de nous – il y a plus de questions autour de notre valeur en tant que personne et de notre place dans le monde.

En tant qu’étudiants, en particulier, nous sommes en train de devenir indépendants de l’unité familiale et de compter davantage sur nos amis.

Par conséquent, naturellement, pour les jeunes, les relations sociales sont particulièrement importantes. Cette importance rend les relations plus gratifiantes, mais la menace du rejet est d’autant plus punitive à cette période de notre vie (Kilford, Garrett, & Blakemore, 2016).

C’est pour ces raisons, comme nous le verrons dans la section suivante, que l’anxiété sociale a une prévalence élevée parmi les étudiants du collège.

Statistiques de l’anxiété sociale chez les étudiants de l’université

Intuitivement, la plupart des gens disent que l’anxiété sociale est un phénomène courant chez les collégiens.

Cependant, qu’est-ce que la science a à dire à ce sujet ? Nous avons rassemblé des enquêtes pertinentes et calculé la moyenne de leurs résultats.

En tenant compte de plusieurs études menées dans le monde entier, environ 18% des collégiens ont un trouble d’anxiété sociale (phobie sociale), ou une “anxiété sociale marquée à sévère”. Cela représente près d’un élève sur cinq.

Infographie avec Donutchart : En tenant compte de plusieurs études menées dans le monde entier, environ 18% des collégiens ont un trouble d'anxiété sociale (phobie sociale), ou une "anxiété sociale marquée à sévère". Cela représente près d'un élève sur cinq.

Au Royaume-Uni, une étude menée dans une grande université avec un échantillon de 1007 personnes a révélé qu’environ 10 % d’entre elles présentaient des symptômes importants d’anxiété sociale (Russell & Shaw, 2009). Ce chiffre était toutefois nettement inférieur aux résultats obtenus dans d’autres pays.

Par exemple, des études menées dans des collèges suédois et turcs ont révélé que la prévalence du TAS chez les étudiants était respectivement de 16,1 % et 19,5 % (Tillfors & Furmark, 2007Gültekin & Dereboy, 2011).

Dans une université éthiopienne, les chercheurs ont constaté que la prévalence du trouble d’anxiété sociale était encore plus élevée, 26 % des 523 étudiants ayant été dépistés positifs (Hajure & Abdu, 2020).

Sur ces 26%, environ 70% présentaient des symptômes légers et 17,4% des symptômes modérés.

L’étude a également révélé que les situations les plus fréquemment rapportées qui déclenchaient l’anxiété sociale étaient le fait d’être critiqué par les autres et de participer à des fêtes. Parler à des inconnus a été signalé comme la situation la plus fréquemment évitée.

L’enquête a également montré que cette affection était plus répandue chez les femmes.

Aux États-Unis, il n’existe presque aucune donnée sur la prévalence de l’anxiété sociale chez les collégiens spécifiquement.

Cependant, l’Institut national de la santé mentale des États-Unis estime que 12,1 % de tous les adultes âgés de 18 ans et plus souffriront de phobie sociale à un moment donné de leur vie (Harvard Medical School, 2007).

Infographie avec diagramme circulaire : l'Institut national de la santé mentale estime que 12,1 % de tous les adultes âgés de 18 ans et plus souffriront de phobie sociale à un moment donné de leur vie (Harvard Medical School, 2007).

Toutes ces études ont révélé que les personnes souffrant de TAS ont une qualité de vie nettement inférieure, dont nous verrons les détails plus loin.

Comment l’anxiété sociale affecte-t-elle les étudiants de l’université ?

Comme nous l’avons souligné, les relations satisfaisantes et la reconnaissance sociale sont des éléments cruciaux du bonheur des collégiens.

Il est facile de voir que l’anxiété sociale peut représenter un obstacle majeur pour les former et les entretenir, ce qui affecte les collégiens de manière négative.

Les collégiens souffrant d’anxiété sociale ont tendance à avoir une vie sociale beaucoup moins active et agréable, des résultats scolaires plus faibles, une probabilité accrue de développer d’autres troubles de la santé mentale et une plus grande propension à la consommation problématique d’alcool.

Examinons de plus près les différents domaines de la vie et voyons comment le TAS les influence chez les étudiants.

Vie sociale

Les niveaux d’anxiété sociale semblent être directement proportionnels au temps passé en privé par rapport au temps passé dans les lieux publics.

Une étude a révélé que les soirs après l’école et les week-ends, les élèves souffrant de phobie sociale passent plus de temps à la maison que n’importe où ailleurs  (Boukhechba, Chow, Fua, Teachman, & Barnes, 2018).

Ce schéma est si fort que les chercheurs ont découvert qu’en regardant les données de localisation des trackers GPS des téléphones portables des élèves, ils pouvaient prédire avec 85 % de précision si l’élève était atteint de TAS.

Bien sûr, passer plus de temps à la maison le soir et le week-end signifie moins d’amitiés et de relations amoureuses et des amitiés et des relations amoureuses de moins bonne qualité lorsqu’elles existent.

Cela signifie aussi moins d’engagement dans des activités extrascolaires comme le sport et d’autres événements, et moins de passe-temps et de temps de loisirs à l’extérieur de la maison.

Une fois que ces schémas sont établis dans la vie des élèves, il peut alors devenir encore plus difficile de participer car les groupes d’amis des pairs sont déjà établis.

Cela conduit souvent à un cercle vicieux d’auto-isolement.

Réussite académique

Dans une étude portant sur l’impact sur les étudiants de premier cycle en Arabie saoudite, les chercheurs ont découvert que les étudiants atteints de TAS craignaient le plus souvent “d’agir, de se produire ou de faire un discours devant un public” (Hakami et al., 2018).

Pour de nombreux diplômes universitaires, certains cours exigeront des élèves une telle participation et ils pourront être notés sur ces capacités directement.

Même s’ils ne sont pas notés directement sur leurs performances, les élèves souffrant d’anxiété sociale seront moins enclins à prendre la parole lors des séminaires, à participer aux travaux de groupe ou à poser des questions s’ils ne comprennent pas le contenu.

Il est donc compréhensible que le TAS ait tendance à avoir un impact négatif sur les résultats scolaires.

La même étude a également révélé que pour les élèves atteints de TAS, “rougir devant les gens” était la situation sociale la plus souvent évitée.

Cela indique que les personnes souffrant de TAS sont également susceptibles d’avoir une “sensibilité à l’anxiété” élevée, ce qui signifie qu’elles ont très peur de présenter des symptômes d’anxiété.

Cela peut se produire pour de nombreuses raisons – des inquiétudes concernant une douleur émotionnelle aiguë, un évanouissement ou des dommages à la santé à long terme. Cependant, avec ces élèves, l’inquiétude portait sur le fait de montrer leurs symptômes d’anxiété aux autres élèves.

Si les deux, parler devant des gens et rougir, sont communément craints, cela crée un cercle vicieux d’anxiété croissante et de comportement d’évitement qui peut être très difficile à surmonter et affecter sérieusement les résultats scolaires.

En effet, les statistiques montrent que le TAS est corrélé à une probabilité accrue d’échec aux examens (Stein & Kean, 2000) et d’échec à l’obtention du diplôme et de la licence (Van Ameringen, Mancini, & Farvolden, 2003).

Cela est corroboré par des études sur les adolescents à l’école. Parmi un échantillon de 784 Finlandais âgés de 13 à 17 ans, ceux qui souffraient de troubles de l’anxiété sociale ont obtenu une moyenne générale inférieure à ceux qui n’en souffraient pas (Ranta, Kaltiala-Heino, Rantanen, & Marttunen, 2009).

Il existe cependant un certain conflit dans la recherche sur les étudiants de l’université qui suggère que beaucoup d’entre eux parviennent à persister et à bien réussir malgré leurs angoisses.

De plus, l’anxiété sociale peut être une aide (bien qu’elle ne soit probablement pas saine) à la réussite scolaire.

Comorbidité : Le développement d’autres troubles mentaux

Bien qu’il ne soit pas spécifique aux collégiens, les études démontrent que le trouble d’anxiété sociale a un taux de comorbidité élevé.

Cela signifie qu’il est probable qu’une personne souffrant de TAS développe ou possède déjà d’autres troubles mentaux.

Une étude a révélé que des troubles comorbides majeurs à vie étaient présents chez 69% des sujets atteints d’anxiété sociale (Schneier, Johnson, Hornig, Liebowitz, & Weissman, 1992). Elle a également affirmé que le TAS a tendance à précéder les troubles comorbides, ce qui signifie qu’il est probable que la phobie sociale en soit la cause plutôt que d’autres facteurs.

Ces troubles supplémentaires comprennent la dépression majeure, l’alcoolisme et les idées suicidaires.

Parmi ces troubles comorbides, l’abus d’alcool est particulièrement important pour les étudiants.

Bien que l’alcoolisme total ne soit peut-être pas répandu parmi les étudiants, une méta-analyse de nombreuses études examinant la relation entre le trouble d’anxiété sociale et la consommation d’alcool a révélé que le TAS était “significativement corrélé positivement avec les problèmes liés à l’alcool” et que la phobie sociale était l’un des motifs les plus courants de la consommation d’alcool, avec la conformité et l’adaptation (Schry & White, 2013).

Cependant, le TAS est corrélé négativement avec la fréquence et la quantité de consommation d’alcool, probablement en raison de l’évitement général des situations sociales, où la consommation d’alcool a tendance à avoir lieu.

Causes de l’anxiété sociale chez les étudiants de l’université

De nos jours, les experts s’accordent à dire que les troubles mentaux sont généralement causés par une interaction unique entre des facteurs biologiques, environnementaux et socioéconomiques.

On pense que c’est également le cas pour les causes du trouble d’anxiété sociale chez les collégiens.

Les collégiens, comme tout le monde, peuvent être prédisposés à l’anxiété sociale en raison de gènes hérités, d’une réponse accrue de l’amygdale ou d’une sécrétion plus faible de sérotonine, ainsi que d’une éducation parentale inadéquate ou d’expériences traumatisantes. Cependant, l’université peut être une période particulièrement troublante pour tout le monde.

Pour avoir un aperçu complet de tous les facteurs qui se sont avérés augmenter les chances de développer une TAS, consulte notre article sur les causes de l’anxiété sociale. L’infographie suivante résume ces causes potentielles.

L’anxiété sociale chez les étudiants de l’université est probablement due à une combinaison de plusieurs des facteurs présentés ci-dessus.

Les étudiants de l’université quittent leurs groupes d’amis établis et leurs familles et déménagent peut-être à des centaines de kilomètres de leur ville natale.

Quitter ces groupes sociaux dans lesquels nous nous sentons appréciés et valorisés et devoir naviguer avec de nouvelles personnes aux idées et attentes différentes peut être très anxiogène.

De plus, d’autres anxiétés liées à la vie à l’université, comme les cours, les examens, l’indépendance et la réflexion sur les carrières, peuvent amplifier une phobie sociale existante.

L’anxiété sociale est-elle un handicap pour l’université ?

Si tu es affecté par la phobie sociale, tu te demandes peut-être si elle peut être considérée comme un handicap à l’université.

Tous les troubles de l’anxiété sont répertoriés dans la loi sur les Américains handicapés de 1990 et le fait de souffrir de l’un d’entre eux – y compris la phobie sociale – peut te rendre éligible à certaines adaptations. Celles-ci t’aideront à compenser les symptômes de ton anxiété sociale et à gérer ta vie à l’université avec plus de facilité.

Tu dois d’abord te rendre au bureau du service d’aide aux personnes handicapées de ton collège ou envoyer un e-mail au service concerné. Il se peut aussi qu’un centre médical sur le campus puisse t’aider.

Chaque école aura des systèmes légèrement différents ainsi que des exigences concernant la preuve de ton trouble. Le bureau t’informera des différents documents dont tu peux avoir besoin.

C’est à toi de décider des aménagements que tu peux demander, ou le département peut te les proposer en fonction des spécificités de tes difficultés.

Les aménagements comprennent généralement : du temps supplémentaire pour les examens et les devoirs, des salles privées pour les examens et une assistance technologique.

Une ou toutes ces mesures devraient t’aider à ne pas prendre de retard à cause de ton trouble de l’anxiété sociale.

Conclusion

Avec environ un collégien sur cinq souffrant de troubles de l’anxiété sociale, la TAS représente l’une des conditions psychologiques les plus courantes de notre époque. Par conséquent, il n’y a aucune raison de croire que tu es seul à souffrir.

Les causes sont vastes et variées et il n’est jamais facile d’identifier les facteurs responsables sans thérapie et sans les conseils d’un médecin ou d’un autre professionnel qualifié.

Avec le trouble de l’anxiété sociale, tu peux être affecté dans tes résultats scolaires, avoir du mal à participer en classe ou lutter pour te faire des amis. Tu peux même être tenté de consommer de l’alcool comme mécanisme d’adaptation et tu peux te retrouver à lutter contre la dépression et d’autres symptômes de santé mentale par moments.

Tous ces résultats sont compréhensibles et normaux pour les collégiens qui souffrent de phobie sociale.

Cependant, il existe de nombreux traitements utiles, allant des interventions pharmaceutiques aux interventions thérapeutiques.

Tu devras peut-être changer certaines habitudes de vie ou pratiquer régulièrement la pleine conscience pour te rétablir. Heureusement, beaucoup de ces traitements ont prouvé leur efficacité dans de nombreux essais scientifiques et dans la pratique clinique.

Lis notre guide complet des traitements pour en savoir plus sur tes options et commence à profiter de ta vie de collégien, au lieu de simplement la subir.

Épingle | Partage | Suis


Afficher les références

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.