L’anxiété sociale à l’école : Un guide complet pour les élèves affectés

Aller à l’école et recevoir une éducation de base est un droit humain que tous les enfants n’ont pas la chance de connaître.

Pour de bonnes raisons, on espère que ceux qui ont le privilège d’aller à l’école primaire et secondaire seront reconnaissants et profiteront de cette possibilité.

C’est pourquoi sécher les cours est considéré comme un trait de caractère des paresseux et des ingrats, qui ne comprennent pas la chance qu’ils ont avec la main que la vie leur a donnée.

Cependant, tous les enfants qui manquent l’école ne le font pas pour ces raisons.

Une proportion importante d’enfants qui s’absentent de l’école sont tourmentés par la peur et l’inquiétude d’être jugés, rejetés ou évalués négativement par leurs camarades et leurs enseignants.

Dans de nombreux cas, ces préoccupations sont si intenses que la fréquentation de l’école devient un cauchemar, vécu avec beaucoup de détresse et évité de temps en temps, voire carrément abandonné.

Lorsque les craintes vécues dans des contextes sociaux, comme à l’école, atteignent des niveaux qui provoquent une détresse importante, les professionnels de la santé mentale commencent à envisager un diagnostic de trouble d’anxiété sociale (TAS), également appelé phobie sociale.

Le TAS fait référence à une peur excessive d’être jugé, rejeté ou évalué négativement dans des contextes sociaux (American Psychiatric Association, 2013).

Cet article s’adresse aux adolescents touchés par ce phénomène (ainsi qu’à leurs parents) pour les aider à comprendre l’étendue de cette pathologie et à trouver des réponses à leurs questions.

Veuillez noter que cet article ne remplace pas les conseils d’un professionnel de la santé et que le diagnostic et le traitement doivent toujours être administrés par un professionnel de la santé mentale qualifié.

Cela dit, plongeons dans le vif du sujet et voyons ce qu’il est possible de faire.

Signes d’anxiété sociale à l’école

Si tu ressens des sentiments d’insécurité et d’anxiété dans l’environnement scolaire, une première étape importante consiste à déterminer la nature de ces peurs.

Autrement dit, il est crucial de comprendre de quoi tu as peur exactement. Toutes les peurs ressenties par les adolescents à l’école ne relèvent pas de l’anxiété sociale.

Une fois que tu es au clair sur la nature de tes préoccupations, tu peux prendre des décisions plus éclairées sur ce qu’il faut faire.

Comme indiqué ci-dessus, la caractéristique cardinale de la phobie sociale est la peur excessive d’être jugé, rejeté ou évalué négativement par les autres, comme tes camarades de classe.

La liste suivante présente des signes courants indiquant que tu souffres peut-être d’anxiété sociale à l’école. Remarque qu’ils peuvent tous remonter à une peur sous-jacente d’une évaluation négative.

  • Peur d’être le centre d’attention.
  • Peur de faire des présentations.
  • Peur de prendre la parole en classe.
  • Peur de rougir.
  • Peur d’avoir les mains qui tremblent.
  • Peur d’avoir la voix tremblante.
  • Peur de dire quelque chose de faux ou de “stupide”.
  • Peur de transpirer excessivement.
  • Peur d’engager une conversation pendant la récréation.
  • Peur de socialiser avec ses pairs.
  • Peur d’être considéré comme ennuyeux.
  • Peur de paraître peu sociable ou maladroit.
  • Peur qu’on se moque d’eux.
  • Peur d’avoir l’air idiot.
  • Peur d’être taquiné ou ridiculisé.
  • Peur de devenir incontrôlablement nerveux.

Cette liste n’est pas exhaustive, car il ne s’agit que de quelques-uns des exemples les plus courants.

Encore une fois, notez qu’ils comportent tous une possibilité d’embarras et peuvent conduire à une évaluation négative, un jugement ou même un rejet par les autres.

Par ailleurs, certains enfants peuvent être victimes de graves brimades. Dans ces cas-là, un éventuel diagnostic de TAS devient en quelque sorte une réflexion après coup, et les enfants et les parents doivent travailler en étroite collaboration avec les enseignants et l’administration scolaire pour intervenir efficacement.

Si tu es affecté par les brimades (ou si tu es le parent d’un enfant affecté), nous te recommandons de te rendre sur stopbullying.gov ou cybersmile.org.

Si tu ressens une ou plusieurs des peurs ci-dessus, il est probable que tu sois affecté d’une manière ou d’une autre par l’anxiété sociale.

Cependant, comme indiqué ci-dessus, cela ne peut être déterminé que par un professionnel de la santé mentale qualifié.

Pour en savoir plus sur les critères de diagnostic officiels du trouble d’anxiété sociale, clique ici pour accéder à notre page sur le diagnostic du TAS.

Maintenant que tu as déterminé si tes peurs à l’école sont ou non des signes d’anxiété sociale, voyons ensuite pourquoi tu peux les ressentir.

Causes de l’anxiété sociale à l’école

Les élèves au tempérament timide et socialement évitant, ainsi que ceux qui sont généralement extravertis mais qui ont des difficultés dans les situations de performance, comme les présentations, peuvent rarement identifier une cause exacte de ces difficultés.

Cela a pourtant beaucoup de sens.

Les traits psychologiques, comme notre tendance à réagir anxieusement à certains déclencheurs, sont souvent le résultat d’une interaction complexe entre de nombreux facteurs différents, comme nos gènes, la culture dans laquelle nous grandissons, notre statut socio-économique, nos expériences de vie uniques, etc.

Pour cette raison, il est probable que tu puisses difficilement identifier une cause unique de ton anxiété en classe.

Au lieu de cela, il est plus probable qu’une combinaison unique de facteurs prédisposants ait contribué au développement de ce trait de caractère.

La liste suivante résume l’état actuel de la science concernant ces facteurs de prédisposition.

  1. Gènes prédisposants (Spence & Rapee, 2016)
  2. Style d’attachement insécure (Bohlin, Hagekull, & Rydell, 2000Muris, Mayer, & Meesters, 2000)
  3. Une éducation défavorable (par exemple, Bögels, Van Oosten, Muris, & Smulders, 2001)
  4. Traumatismes sociaux (Öst, 1985)
  5. Être témoin des traumatismes sociaux des autres (Öst & Hughdahl, 1981Mineka & Cook, 1991)
  6. Expériences difficiles dans l’enfance (Kessler, Davis, & Kendler, 1997Magee, 1999Lieb et al., 2000 ; Bandelow et al., 2004)
  7. Compétences sociales insuffisantes (Spence, Donovan, & Brechman-Toussaint, 1999)
  8. Façons défavorables de diriger l’attention (Alfano & Beidel, 2011)
  9. Des traits biologiques prédisposants (par exemple, Condren, O’Neill, Ryan, Barrett, & Thakore, 2002).
  10. Les attitudes culturelles (par exemple, Hofmann, Asnaani, & Hinton, 2011).

Pour une explication plus détaillée de ces facteurs, clique ici pour consulter notre article sur les causes de l’anxiété sociale.

Comme tu peux le voir, l’anxiété sociale est généralement le résultat d’un mélange sauvage de certains de ces facteurs, et ce n’est certainement pas ta faute si tu en souffres.

Même si tu fais partie des adolescents qui ont vécu une expérience sociale traumatisante spécifique (c’est-à-dire une expérience concrète qui semble avoir déclenché l’apparition de ton anxiété sociale), il est probable que tu étais prédisposé par certains des autres facteurs mentionnés ci-dessus.

Maintenant que tu as une compréhension de base de ton anxiété à l’école et des raisons pour lesquelles tu peux la ressentir, voyons enfin ce que tu peux faire pour y remédier.

Comment gérer l’anxiété sociale à l’école ?

Chaque chose en son temps : si tu luttes contre l’anxiété sociale, il est généralement préférable de consulter un professionnel de la santé mentale qualifié.

Il existe plusieurs interventions qui sont assez efficaces pour réduire les peurs sociales. Cependant, seuls 20% des personnes qui répondent aux critères de diagnostic du TAS reçoivent un jour une aide professionnelle (Grant et al., 2005).

Demander de l’aide est une étape importante et peut faire une grande différence pour réduire l’insécurité dans les situations sociales.

Pour en savoir plus sur les différentes approches efficaces et sur la façon d’entamer une thérapie, clique ici pour accéder à notre guide de traitement complet de la phobie sociale.

Cela dit, voici quelques stratégies générales que tu peux garder à l’esprit pour faire face à ton insécurité en classe.

(1) Parle avec tes parents

Ce point peut venir naturellement à certains, mais il fera grimacer de désespoir d’autres personnes.

Certes, tout le monde n’a pas le genre de relation avec ses parents qui l’encourage à partager ses problèmes émotionnels avec eux.

Cependant, le faire peut déplacer des montagnes, étant donné que tes parents assument leur responsabilité en tant que soignants.

S’ouvrir à ta mère et/ou à ton père de ta lutte contre l’anxiété sociale à l’école peut être une étape importante pour obtenir le soutien émotionnel dont tu as tant besoin.

De même, si tes parents te soutiennent, il peut être beaucoup plus facile d’être proactif et d’initier des solutions pratiques, comme chercher une aide thérapeutique ou communiquer ton problème à tes professeurs.

(2) Discute avec tes professeurs

Une autre étape inconfortable ? Oui, mais aussi une étape importante.

Si tes professeurs sont au courant de tes difficultés en classe, ils sont moins susceptibles de te mettre sur la sellette et de te punir avec de mauvaises notes pour ton manque de participation.

Bien que tous les enseignants ne soient pas réceptifs ou abordables en ce qui concerne les problèmes de santé mentale, beaucoup le sont.

Après tout, ils ont choisi cette profession en raison de leur passion pour avoir un impact important sur la vie des jeunes et leur avenir.

Ceux qui prennent leur responsabilité au sérieux t’écouteront et chercheront des moyens de t’aider à faire face et à aller mieux.

Bien sûr, il peut sembler risqué de partager tes vulnérabilités avec d’autres personnes, car il n’y a aucun moyen de savoir avec certitude qu’elles ne les exploiteront pas.

Pour cette raison, tu peux choisir judicieusement les enseignants à approcher. Cela peut être une bonne idée de commencer par ton enseignant préféré et de faire équipe avec lui pour les conversations suivantes.

Inclure tes parents dans cette conversation peut être un autre élément utile, car leur présence garantira que tes enseignants prennent ton problème au sérieux.

Si tu décides d’approcher un ou plusieurs de tes enseignants pour aborder ton anxiété en classe, n’hésite pas à partager avec eux notre article adressé aux enseignants sur la façon de soutenir les élèves souffrant d’anxiété sociale.

Tu peux accéder à cet article en cliquant ici. De cette façon, tu t’assures qu’ils ont réellement les connaissances de base pour comprendre ton problème.

(3) Passe des accords avec tes professeurs

Lorsque tu abordes ton sentiment d’insécurité avec tes professeurs, il est important de leur faire savoir que tu ne cherches pas à obtenir un laissez-passer pour ne jamais avoir à participer.

En fait, éviter de participer serait une stratégie néfaste pour tes peurs sociales (nous y reviendrons dans un instant).

Au lieu de cela, assure-toi de leur faire savoir que tu es très motivé(e) pour participer activement à la classe et pour réduire tes peurs une étape à la fois.

Pour que cela devienne une réalité, conclure certains accords avec tes professeurs peut changer la donne.

En fonction de tes peurs et de tes difficultés spécifiques, tu peux demander à tes professeurs de ne pas te mettre à contribution, de ne pas te faire lire de longs passages de texte à voix haute, etc.

En retour, tu promets de lever la main et de répondre à des questions simples ou de te porter volontaire pour lire de courts paragraphes à voix haute devant la classe.

De cette façon, il est très possible de réduire l’incertitude de l’environnement de la classe, ce qui rendra le cours beaucoup moins stressant et te donnera l’occasion de t’exposer activement et de réduire tes craintes.

De plus, cela donnera à l’enseignant l’occasion de remarquer ton intérêt et ta proactivité dans sa classe, ce qui entraînera des notes plus appropriées, car il pourra baser son évaluation académique sur une participation objectivement perceptible de ta part.

Une autre stratégie utile peut être un signal de sécurité entre toi et ton enseignant.

Si l’enseignant est d’accord, tu peux utiliser ce signal chaque fois que tu te sens débordé, afin qu’il sache qu’il peut te soulager et diriger son attention ailleurs.

(4) Faire volontaire quand c’est possible

De nombreux experts s’accordent à dire que l’évitement continu des stimuli redoutés entretient les réponses phobiques, comme dans le cas de l’anxiété sociale.

Par exemple, si tu as peur de lever la main et de parler pendant le cours, ta réponse naturelle est de t’abstenir de le faire.

Cependant, si cette stratégie peut te soulager à court terme, elle est souvent préjudiciable à long terme.

En évitant stratégiquement de s’exposer à la situation qui te fait peur, ton cerveau apprend que la situation est en fait dangereuse et qu’il doit réagir avec anxiété chaque fois qu’il y est exposé.

Comme le comportement d’évitement non seulement maintient mais souvent augmente l’anxiété sociale, il est crucial de briser ce schéma.

Si tu veux diminuer ton insécurité en classe, c’est l’une des étapes les plus importantes.

Une fois que tu auras compris les effets profonds sur ton cerveau du fait de rechercher et de t’exposer de manière proactive à des situations qui te font peur (par exemple, faire des présentations, être le centre d’attention, converser avec des pairs, etc.), tu seras motivé pour te mettre en avant.

En faisant cela, ton anxiété diminuera au fil du temps.

Par conséquent, une bonne stratégie peut être de participer volontairement chaque fois que possible. En agissant ainsi, tu iras dans la bonne direction.

(5) Pratique la méditation de pleine conscience

Parmi les nombreuses interventions qui se sont révélées efficaces pour réduire l’anxiété sociale figure la pratique régulière de la pleine conscience (par exemple, Jazaieri, Goldin, Werner, Ziv, & Gross, 2012).

L’un des nombreux avantages de cette méthode est que tu peux la pratiquer par toi-même, sans avoir besoin d’un thérapeute pour la mener à bien.

Quelques semaines seulement de pratique régulière ont souvent des effets profonds sur la structure du cerveau, ainsi que sur les processus attentionnels, ce qui entraîne souvent une réduction de l’anxiété (par exemple, Goldin, Ramel, & Gross, 2009Laneri et al., 2015).

La méditation de pleine conscience, c’est un peu comme aller à la salle de sport, mais pour ton cerveau et sa capacité à rester calme dans des situations stressantes.

De nombreuses personnes touchées par le TAS apprécient la pratique de la pleine conscience, car elle leur fournit un outil pratique qu’elles peuvent utiliser seules et qui donne souvent des résultats substantiels en quelques semaines.

Si tu veux commencer, n’hésite pas à cliquer ici pour accéder à notre article complet sur la méditation de pleine conscience pour l’anxiété sociale, qui fournit une introduction complète et quelques méditations guidées pour te lancer.

(6) Prépare-toi et entraîne-toi aux présentations

Si tu es affecté par l’anxiété sociale à l’école, il est très probable que présenter quelque chose à tes camarades fasse partie de tes plus grandes craintes.

Avoir peur de parler en public est la norme plutôt que l’exception et ce n’est pas quelque chose pour lequel tu dois te juger.

En fait, si tu demandes aux collégiens quelle est leur plus grande peur, ils citent plus souvent la peur de parler en public que la peur de mourir (Dwyer & Davidson, 2012).

Garder à l’esprit que la plupart des gens ressentent une forte agitation lorsqu’ils parlent devant un groupe peut déjà te calmer un peu en soi.

Pourtant, il y a quelques mesures supplémentaires que tu peux prendre.

Surtout si tu sais à l’avance que tu vas présenter un certain sujet, tu pourrais en profiter pour t’entraîner à l’avance à ta présentation.

Il est utile d’avoir un public, comme tes parents, tes frères et sœurs ou un ami.

Cependant, fais attention à ne pas devenir obsessionnel dans tes tentatives de préparation. Le perfectionnisme est un trait de caractère que l’on retrouve souvent chez les personnes socialement anxieuses, et le fait de croire que tu dois tout faire de manière irréprochable alimente probablement ton anxiété.

Au lieu de cela, autorise-toi à faire des erreurs. Tu n’es qu’un être humain, comme tous tes camarades.

(7) Pratique l’auto-soin qui réduit l’anxiété

Un autre outil pratique pour ceux qui ont un tempérament anxieux est de prendre soin d’eux-mêmes.

Aussi basique que cette idée puisse paraître, elle peut avoir des effets profonds et ne doit pas être rejetée comme non pertinente.

Il existe certaines habitudes qui, si elles sont pratiquées quotidiennement, réduiront ton niveau d’anxiété de base, ou du moins ne l’exacerberont pas.

Tu es probablement déjà au courant de toutes les recommandations suivantes, alors ceci doit être considéré comme un rappel amical.

S’ils sont pratiqués régulièrement, les comportements suivants auront probablement un effet d’atténuation de l’anxiété sur ton corps dans les situations stressantes :

  • Un sommeil bon et suffisant.
  • Une alimentation saine et non extrême.
  • De l’exercice physique et une augmentation de l’activité physique en général.
  • Des activités sociales régulières avec des personnes avec lesquelles tu te sens à l’aise.

Le dernier point peut te surprendre un peu, car c’est le moins évident.

Cependant, en repensant au confinement strict pendant la pandémie de Covid-19, tu peux te rendre compte que ton anxiété sociale a augmenté à mesure que la régularité de tes occasions de socialiser diminuait.

Lorsque le cerveau n’est pas régulièrement exposé à des situations sociales quotidiennes, comme sortir avec des amis, il réagit quelque peu différemment lorsqu’il y est à nouveau exposé, ce qui peut entraîner une augmentation du stress ou de l’anxiété.

Une interaction sociale régulière avec des personnes avec lesquelles tu te sens bien déclenche la libération d’hormones et de neurotransmetteurs qui ont tendance à atténuer l’anxiété.

Après tout, développer et maintenir des liens étroits avec les autres est un besoin humain fondamental. C’est pourquoi des réactions physiques saines se produisent lorsque tu adoptes ce comportement.

En même temps, tu dois te méfier des comportements dont il a été démontré qu’ils pouvaient potentiellement augmenter l’anxiété dans les situations sociales.

Cela peut se produire lorsque tu bois trop de caféine et d’alcool (dans le cas de ce dernier, c’est généralement le lendemain qui est plus difficile) ou lorsque tu prends toute autre drogue illicite en général.

En fin de compte, c’est à toi de décider quels comportements sont bons pour toi et lesquels peuvent augmenter ton niveau d’insécurité et d’anxiété.

Les recommandations ci-dessus sont simplement des lignes directrices utiles.

(8) Adhère aux principes de base de la socialisation

Ce point te concerne peut-être plus particulièrement si tu as du mal à entamer et à entretenir des conversations avec tes camarades de classe, ou si tu as l’impression de ne pas avoir la capacité d’être apprécié et de te faire des amis.

La socialisation ne vient pas naturellement à tout le monde, surtout pour ceux qui ont été privés d’opportunités d’apprendre les compétences sociales de base tôt dans la vie.

Cependant, il existe quelques règles générales qui peuvent t’aider à recevoir des réactions plus positives de la part des personnes avec lesquelles tu interagis.

La liste suivante présente quelques stratégies qui peuvent améliorer tes chances d’être apprécié et de te faire des amis.

  • Cultive un véritable intérêt pour les autres. Si tu es sincèrement curieux des autres et de leur vie, tes conversations seront beaucoup plus intéressantes et mèneront à de meilleures expériences pour toutes les personnes impliquées.
  • Parle des choses qui passionnent les autres. Tout le monde a ses sujets qu’il aime – il y a de fortes chances que les gens soient plus qu’heureux de parler de ce qui les passionne. Tu peux en tirer parti.
  • Souris beaucoup et utilise un langage corporel amical. Un visage grimaçant et une posture qui signale le désintérêt sont des signes pour les autres que tu n’es pas abordable et ouvert pour interagir avec eux.
  • Sois drôle en utilisant ton propre style d’humour. Il n’est pas nécessaire de faire des blagues tout le temps. Mais en développant ton propre type d’humour, les gens se sentiront bien en ta compagnie.
  • Aie quelques questions et sujets de base prêts à être utilisés. Il peut s’agir par exemple de nouvelles récentes et passionnantes, de quelque chose qui t’est arrivé d’intéressant ou simplement de leur demander ce qu’ils ont fait.

Bien sûr, ce ne sont que quelques exemples et il n’est pas nécessaire de penser que c’est le seul moyen de générer des réactions plus positives de la part des autres.

Il existe de nombreuses options et il est toujours préférable de trouver son propre style. Cependant, si tu ne sais pas par où commencer, les idées ci-dessus peuvent t’aider.

(9) Commence une thérapie

Comme nous l’avons mentionné précédemment, demander une aide professionnelle peut être crucial et nécessaire pour ceux qui luttent contre des symptômes plus graves.

Encore une fois, comme mentionné précédemment, c’est certainement quelque chose dans lequel tes parents devraient être impliqués, car cela concerne ta santé et ton bien-être.

Si tu soupçonnes que tu souffres de trouble d’anxiété sociale (encore une fois, tu peux cliquer ici pour accéder à notre page décrivant les critères de diagnostic pour te faire une idée), toi et tes parents avez tout intérêt à en parler à ton médecin traitant ou à un professionnel de la santé mentale.

Il existe plusieurs approches thérapeutiques efficaces qui entraînent généralement une réduction significative des mesures de l’anxiété sociale.

Pour en savoir plus sur ces approches, n’hésite pas à cliquer ici pour lire notre article complet sur le traitement du TAS, ou toi et tes parents pouvez jeter un œil à notre eBook qui donne un aperçu complet de l’état actuel des interventions psychothérapeutiques pour la phobie sociale.

Si tu envisages de commencer une psychothérapie, cet eBook constitue une base solide pour prendre des décisions éclairées sur l’approche thérapeutique qui te convient le mieux.

Épingle | Partage | Suis


Afficher les références

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.