Peur de montrer des symptômes d’anxiété visibles : Que faire ?

Tu t’es déjà trouvé dans une situation sociale et tu as commencé à te sentir mal à l’aise par rapport à la façon dont tu te présentais ?

Tu as peut-être craint de dire quelque chose de stupide, de paraître timide ou ennuyeux, ou tu as simplement eu peur d’être rejeté.

Bien que les préoccupations de ce genre soient assez courantes et même adaptables dans de nombreuses situations, chez certaines personnes, elles sont excessives.

On parle de trouble d’anxiété sociale (TAS) lorsque la qualité de vie de la personne est radicalement affectée par ces préoccupations excessives.

Les symptômes physiques de l’anxiété sociale

Pour de nombreuses personnes souffrant de TAS, la peur de faire ou de dire quelque chose de stupide n’est pas la seule raison pour laquelle elles craignent d’être rejetées.

Souvent, les symptômes physiques de l’anxiété sociale résultant de leurs inquiétudes excessives ajoutent une couche supplémentaire au problème.

Non seulement ces symptômes physiques sont inconfortables lorsqu’ils se produisent dans un contexte social, mais les personnes atteintes de TAS craignent souvent d’être jugées négativement à cause d’eux.

Ainsi, une manifestation secondaire de l’anxiété sociale peut devenir le principal problème de la personne.

Considérons, par exemple, une personne qui a peur de rougir.

Un exemple : L’érythrophobie et la peur de rougir

Rougir est une réaction physique normale et courante liée à un sentiment de honte. Lorsque nous avons le sentiment d’avoir enfreint les normes sociales, nous sommes nombreux à réagir en rougissant.

Disons que tu demandes à une femme de quel mois elle est enceinte et qu’elle répond qu’en fait elle n’est pas enceinte. Aïe !

Yip, un rougissement sur ton visage, un rapide “excuse-moi” et un changement de sujet pourraient être la bonne chose à faire dans cette situation.

Ta réaction physique signale à ton interlocuteur que tu es conscient d’avoir été impoli et que tu ne le pensais pas. C’est une réponse adaptative car elle est conçue pour sécuriser tes relations avec les autres.

Cependant, dans le cas de la peur de rougir, également appelée érythrophobie, la réaction physique est devenue contre-productive.

La personne a honte non pas d’une violation objective des normes sociales, mais du rougissement lui-même.

Logiquement, cela conduit à une peur de rougir. Notre personne commence à prêter une attention excessive à ses réactions physiques.

Est-ce que mon visage est chaud ?“, “Est-ce que je rougis en ce moment ?“. – Des questions comme celles-ci ne cessent de surgir dans leur tête.

Si elle répond oui à ces questions, une boucle de rétroaction négative se met en marche. Un sentiment de honte apparaît, ce qui ne fait que donner plus de raisons d’avoir honte, et le cercle vicieux se referme.

Symptômes physiques de l’anxiété sociale : Une preuve d’insécurité ?

Cependant, cela ne s’applique pas seulement au rougissement. Tout symptôme physique, comme la transpiration, les tremblements, les palpitations, etc., peut être une source d’inquiétude pour une personne souffrant d’anxiété sociale.

Ce qu’ils ont tous en commun, c’est que la personne croit que les autres peuvent la rejeter ou la regarder de haut à cause de ces manifestations.

Lorsqu’on leur demande ce que ces symptômes physiques signifient pour eux, les personnes qui en souffrent répondent généralement qu’ils sont la preuve de leur insécurité, de leur maladresse ou de leur infériorité. Les normes perfectionnistes jouent ici un rôle important. Mais ce qui est encore plus important, c’est de tenter de combattre ces réactions.

Que se passe-t-il lorsque tu as peur d’être anxieux dans des situations sociales ? C’est vrai, tu fais attention à ton état intérieur. Tu essaies de reconnaître chaque signe d’anxiété.

Ce à quoi tu résistes, persiste

Dès que tu le fais, tu passes en mode d’urgence. “J’ai peur dans une situation sociale, c’est dangereux“.

Lorsque cet état d’esprit est présent, des tentatives pour contrer la peur suivent généralement. Paradoxalement, ces tentatives conduisent généralement à un renforcement de la peur.

Il en va de même pour le rougissement, la transpiration, l’accélération du cœur ou toute autre réaction physique que les gens essaient activement d’éviter et de supprimer.

Une citation de Carl Gustav Jung disant "Ce à quoi tu résistes non seulement persiste, mais prend de l'ampleur". Tu peux aussi voir un timbre qui présente un portrait de C.G. Jung.

Carl Gustav Jung a un jour déclaré de façon célèbre : “Ce à quoi tu résistes, non seulement persiste, mais prend de l’ampleur“.

Comprendre cette pensée contre-intuitive représente l’une des compréhensions et des étapes les plus importantes de la psychothérapie pour de nombreuses personnes souffrant d’anxiété sociale.

Il est crucial de réaliser que les tentatives désespérées de combattre les réactions physiques de l’anxiété non seulement n’aident pas, mais mettent également en péril les performances sociales, l’expérience et l’apparence d’une personne.

Cela est particulièrement vrai pour les personnes qui se concentrent sur les manifestations physiques secondaires de leur anxiété sociale.

Alors comment gérer les symptômes physiques de l’anxiété ?

La réponse ne te satisfait peut-être pas au premier abord, mais réfléchis-y : Tu n’as peut-être pas du tout besoin de t’occuper d’eux. Si tu ne peux pas les contrôler, autant les accepter.

Accepter les symptômes physiques de l'anxiété est la façon la plus raisonnable de les gérer.

Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais avec de la pratique et de la persévérance, c’est tout à fait possible.

Et si tu les acceptes vraiment, tu pourrais avoir l’effet secondaire de ne pas avoir du tout ces réactions physiques.

Essaie donc de permettre à tes symptômes physiques de se produire et d’être là.

Si tu ne les combats pas, tu ne les renforceras pas davantage et tu ne seras pas occupé à mener une guerre que tu ne peux pas gagner.

Au lieu de cela, tu peux te concentrer sur la situation sociale actuelle et y participer activement.

Conclusions

  • Si tu crains de montrer les symptômes physiques de l’anxiété sociale, résiste à l’envie de les combattre et de les contrôler.
  • Lorsque ton attention est concentrée sur tes sensations intérieures et physiques dans des situations sociales, dirige ton attention sur ce qui se passe autour de toi, la conversation, la tâche à accomplir, etc.
  • Les déclarations intérieures et les mantras qui t’encouragent à accepter les réactions physiques de l’anxiété (“J’accepte que mon cœur s’emballe et résiste à l’envie de le combattre“) peuvent être utiles.
  • Ne poursuis pas l’objectif de ne pas montrer de symptômes physiques dans les situations sociales – cette intention compromettra ton expérience sociale. Au lieu de cela, autorise consciemment ces manifestations à se produire.

Si tu veux travailler activement sur ton intention d’accepter tes symptômes physiques d’anxiété sociale, tu peux essayer notre méditation d’acceptation guidée, conçue spécialement à cet effet.

Cliquez ici pour accéder à notre article sur la méditation pour l’anxiété sociale, et cherchez le sous-titre “Méditation guidée d’acceptation pour les symptômes de l’anxiété sociale” pour l’essayer.


Épingle | Partage | Suis


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.