Ce que les autres pensent de toi a-t-il de l’importance ?

Tu ne dois pas t’inquiéter de ce que les autres pensent de toi“. – Tu as probablement entendu cela de nombreuses fois.

Mais est-ce vraiment un bon conseil ? Est-ce un signe de confiance en soi si tu ne te soucies pas de l’opinion des autres sur toi ? Est-ce quelque chose vers quoi il faut tendre ?

What other people think of us has a direct impact on our happiness.

Il est normal de se soucier de l’opinion que les autres ont de nous. Les impressions que nous faisons aux autres ont un impact important sur tous les domaines de la vie. Elles affectent nos relations, notre vie professionnelle et notre bien-être en général. Être aimé et accepté par les autres est un besoin psychologique fondamental.

En d’autres termes : être quelque peu préoccupé par ce que les autres pensent de toi est parfaitement normal et c’est même adaptatif.

Cependant, cela ne veut pas dire que tu ne peux pas en faire trop. Lorsque ces préoccupations deviennent excessives, tu peux lutter contre l’anxiété sociale.

Cela signifie qu’il existe un sweet spot de préoccupation : ni trop peu, ni trop.

Examinons cela plus en détail.

There is a sweet spot of concern for the opinions of others about us.

Gestion des impressions et représentation de soi

Les gens gardent généralement un œil sur la façon dont ils se présentent. La plupart du temps, ils le font sans essayer de générer une impression particulière sur les autres, mais juste pour s’assurer que les autres les considèrent toujours de manière positive.

Cependant, il arrive que les gens soient motivés pour être perçus d’une manière particulière.

Les termes gestion des impressions et représentation de soi ont été utilisés de manière interchangeable pour décrire nos tentatives d’influencer ce que les autres pensent de nous (Leary & Kowalski, 1990).

Tout le monde s’engage dans ces tentatives. Que tu fasses un régime, que tu réfléchisses aux vêtements à porter, à ce que tu dois dire lorsque tu rencontres de nouvelles personnes ou que tu passes un entretien d’embauche, tu essaies d’être perçu d’une manière spécifique.

Everyone engages in impression management. Whether you are on a diet, think about what clothes to wear, what to say when meeting new people, or have a job interview - you are trying to be perceived in a specific way.

Cela est même vrai pour ceux qui ne se soucient prétendument pas de ce que les autres pensent d’eux.

Une adolescente qui s’habille de façon provocante et qui dit “toujours” ce qu’elle pense peut essayer d’être perçue comme quelqu’un qui est indépendant de l’opinion des autres. Cependant, le désir d’être perçu de cette façon révèle exactement le contraire.

La gestion des impressions est un aspect important de notre vie quotidienne. Nous avons évolué en vivant en groupes, dépendant fortement d’être acceptés et inclus par les autres membres de notre tribu.

Il était crucial pour notre survie d’être perçu comme un membre précieux de la communauté. Ceux qui ne l’étaient pas étaient exclus de la communauté et laissés sans aucune chance de s’en sortir par eux-mêmes.

Le fait de sentir quand les autres nous désapprouvent nous aide à ajuster notre comportement, afin d’être aimés et acceptés, de décrocher un bon emploi, de trouver un partenaire attirant, et ainsi de suite. L’auto-représentation peut nous aider à améliorer nos chances de vivre une vie heureuse.

Comme tu peux le voir, il est utile de se préoccuper de ce que les autres pensent de toi. Mais que se passe-t-il lorsque ces préoccupations dépassent les bornes ?

Motivation pour l’impression et anxiété sociale

Lorsque nous sommes motivés pour être perçus d’une manière spécifique, nous pouvons ajuster notre comportement pour obtenir le résultat souhaité. Cependant, ce n’est pas toujours possible.

Tu peux être motivé pour que les autres pensent que tu es très intelligent, par exemple. Cela peut ne pas être un problème pour toi dans des circonstances normales.

Mais si tu veux générer cette impression sur un groupe d’universitaires très performants, tu peux percevoir cela comme un défi majeur et lutter pour y parvenir.

Lorsque notre désir d’être vu d’une manière particulière est élevé et que notre confiance en notre capacité à générer cette impression est faible, il en résulte une anxiété sociale.

Lorsque notre désir d'être vu d'une manière particulière est élevé, et que notre confiance en notre capacité à générer cette impression est faible, l'anxiété sociale en est le résultat.

Lorsque nous sommes anxieux socialement, un cercle vicieux peut se mettre en place. Nous sentons que nous sommes anxieux, ce qui augmente généralement notre désir de gérer notre impression. Après tout, nous ne voulons pas être perçus comme étant anxieux et peu sûrs d’eux.

En même temps, notre anxiété sociale nous fait sentir encore moins confiants pour générer l’impression souhaitée. Si tu es anxieux, il peut être difficile d’être perçu comme étant capable, intelligent, drôle, confiant, etc.

Comment réduire l’anxiété sociale ?

Pour briser ce cercle vicieux, tu peux utiliser les questions suivantes comme guide utile :

  • Dans quelles situations ressens-tu de l’anxiété sociale ?
  • Quelle est l’impression que tu essaies généralement de générer ?
  • Que peux-tu faire pour améliorer ta confiance dans ta capacité à générer cette impression ?
  • Pourquoi penses-tu qu’être perçu de cette façon est si important pour toi ?
  • Comment peux-tu devenir plus tolérant au fait de ne pas être perçu de cette façon ?
  • Comment aimerais-tu gérer ton anxiété dans les situations sociales et comment peux-tu y parvenir ?

La façon dont tu dois aborder ton anxiété sociale dépend de nombreuses variables.

Si tu ne la ressens que dans certains scénarios spécifiques, tu ferais bien de pratiquer des compétences qui t’aideront à donner l’impression souhaitée.

Par exemple, si tu veux être perçu comme bien informé, il n’y a rien de mal à commencer à lire davantage et à suivre des cours sur les sujets qui t’intéressent.

Si tu veux être perçu comme un orateur confiant, inscris-toi à Toastmasters et entraîne-toi à parler en public.

Cependant, si ton anxiété sociale est plus persistante et se manifeste dans de nombreuses situations, tu devras peut-être adopter une approche différente.

Traitement de l’anxiété sociale

Dans sa version la plus grave, la peur sociale peut se transformer en trouble de l’anxiété sociale. À ce stade, la personne est considérablement affectée par le désir d’être perçue d’une manière spécifique.

Les personnes touchées cessent souvent de participer à des activités sociales normales, comme les fêtes, les réunions de famille et les rencontres.

D’autres peuvent s’abstenir d’obtenir un diplôme universitaire par peur de participer à des groupes plus importants, ou bien elles restent en dessous de leur potentiel professionnel parce qu’elles fuient les tâches sociales intimidantes.

Lorsque c’est le cas, une aide professionnelle peut être justifiée. Il existe un certain nombre d’approches thérapeutiques du trouble de l’anxiété sociale qui se sont avérées être des traitements efficaces.

There are a number of therapeutic approaches to social anxiety disorder that have been proven to be effective treatments.

Le traitement de l’anxiété sociale dure généralement environ 12 semaines et peut conduire à des améliorations significatives. Parmi les approches les plus couramment appliquées figurent

  • la thérapie cognitivo-comportementale
  • la thérapie psychodynamique
  • thérapie interpersonnelle
  • thérapie basée sur la pleine conscience

Cependant, il existe d’autres options pour ceux qui ne s’améliorent pas grâce au traitement standard.

Pour un aperçu complet, tu peux lire notre eBook qui résume les 17 approches thérapeutiques distinctes de la phobie sociale qui se sont avérées efficaces. Tu peux cliquer ici pour accéder à notre boutique, où tu peux l’acheter pour un téléchargement immédiat.

Conseils pratiques pour l’anxiété sociale

Pour ceux qui ne souffrent pas du trouble de l’anxiété sociale, mais qui aimeraient quand même réduire leurs peurs sociales, nous avons rassemblé quelques conseils pratiques :

  • Cherche à t’exposer de façon répétée aux situations qui t’effraient. Ton cerveau et ton corps s’y habitueront, et tu apprendras qu’il n’y a pas de conséquences graves à ne pas être perçu exactement comme tu le souhaites. Cette stratégie est un élément important de la TCC pour l’anxiété sociale. Tu peux cliquer ici pour accéder à notre guide d’introduction, qui explique comment cette thérapie populaire aborde la phobie sociale.
  • Entraîne-toi à être perçue exactement de la manière que tu redoutes. Cela augmentera ta tolérance et diminuera ton anxiété sociale. Les exercices d’attaque de la honte fonctionnent très bien à cet effet. Si cette approche t’intéresse, nous te recommandons de cliquer ici pour être dirigé vers notre article qui l’explique plus en détail.
  • Apprends et pratique la respiration profonde. C’est une technique de respiration pratique qui peut t’aider à gérer les symptômes de l’anxiété lorsqu’ils se présentent.
  • Commence à méditer. Il a été démontré qu’une pratique régulière de la pleine conscience modifie le cerveau d’une manière qui réduit l’anxiété sociale et améliore le contrôle émotionnel. Cliquez ici pour accéder à notre guide complet sur la pleine conscience et la méditation pour l’anxiété sociale, qui comprend des méditations guidées pour commencer.
  • Lorsque tu es anxieux dans des situations sociales, concentre ton attention sur la tâche à accomplir, par exemple en faisant attention à ce qui se dit, à ce que tu dis, etc. Lorsque ton attention se porte sur ton anxiété, remarque-la et ramène-la doucement à la tâche en cours.

Épingle | Partage | Suis


Afficher les références

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.