Les 10 conséquences les plus graves de souffrir de phobie sociale

Contrairement à la pensée populaire, le trouble d’anxiété sociale (TAS, également appelé phobie sociale) n’est pas la même chose que la timidité ou l’introversion.

Si ces derniers décrivent des traits de personnalité tout à fait courants, le premier est un trouble de la santé mentale qui nécessite un traitement professionnel.

Le TAS est marqué par une peur intense d’être jugé, évalué négativement ou rejeté dans des situations sociales (American Psychiatric Association, 2013).

Ces préoccupations excessives ont généralement de graves effets sur la vie de la personne qui en souffre.

Nous allons examiner ici les effets les plus courants du trouble de l’anxiété sociale sur différents domaines de la vie.

Des amitiés moins nombreuses et moins satisfaisantes

Étant donné la caractéristique de l’anxiété sociale – être très préoccupé par le fait d’être jugé ou rejeté par les autres – les personnes affectées ont tendance à avoir beaucoup de mal à se faire des amis, surtout des amis proches.

Non seulement cela, mais elles passent aussi moins de temps avec leurs proches, si tant est qu’elles en aient (Hur et al., 2020).

Entre autres choses, avoir de bons amis et passer du temps avec eux est un ingrédient essentiel pour une vie heureuse et épanouie.

Les personnes souffrant d’anxiété sociale n’ont souvent pas l’occasion d’en profiter, et si elles parviennent à se faire de bons amis, elles ont tendance à passer moins de temps avec eux par rapport aux autres personnes.

N’oublie pas que, dans bon nombre de ces cas, passer du temps avec leurs amis implique souvent de ressentir de l’anxiété et la peur d’être évalué négativement, ce qui rend ce moment moins agréable et épanouissant.

Un petit conseil pour ceux qui souffrent de TAS : une étude récente a révélé que passer du temps avec des amis proches a tendance à avoir un impact positif sur les niveaux d’anxiété, d’humeur et de dépression (Hur et al., 2020).

Bien sûr, cela n’est vrai que pour ceux qui ont réellement de bons amis. Dans de nombreux cas, vivre sans amitiés significatives est l’une des conséquences malheureuses de la souffrance de l’anxiété sociale.

Des relations romantiques moins épanouissantes et une probabilité plus élevée d’être célibataire

La phobie sociale a un impact négatif énorme sur le fonctionnement interpersonnel d’une personne, ce qui a tendance à avoir un impact négatif sur les relations amoureuses des personnes touchées (Acarturk, de Graaf, Van Straten, Have, & Cuijpers, 2008Gordon, Heimberg, Montesi, Fauber, 2012).

Le trouble de l’anxiété sociale a été lié à une plus grande probabilité d’être célibataire, de divorcer et d’éprouver moins d’intimité dans les relations amoureuses. De même, les personnes touchées ont moins de rencontres et de relations sexuelles, en sont moins satisfaites et sont moins susceptibles de se marier.

Pense à une relation saine et heureuse. Normalement, quand tout va bien, les deux partenaires partagent et communiquent ce qu’ils ressentent, ce qui entraîne généralement des niveaux d’intimité plus élevés.

Malheureusement, les personnes socialement anxieuses sont souvent très sensibles aux critiques et au fait d’être évaluées négativement.

Par conséquent, partager ce qu’elles ressentent avec leur partenaire n’est pas forcément une bonne stratégie, car leur partenaire peut avoir du mal à comprendre ce qu’elles vivent et peut réagir avec frustration, surtout lorsque cela devient un peu une habitude.

Une étude a révélé que les personnes socialement anxieuses qui retenaient leurs émotions dans leurs relations amoureuses finissaient par se sentir plus proches de leur partenaire (Kashdan, Volkmann, Breen, & Han, 2007).

Cela signifie que les personnes atteintes de TAS sont non seulement moins susceptibles d’avoir des relations amoureuses, mais qu’elles doivent également retenir leurs véritables émotions pour ne pas faire fuir leur partenaire, si elles ont la chance d’en avoir un.

Liens familiaux faibles et émotionnellement distants

Il a été démontré que le fait d’être émotionnellement proche et en contact régulier avec sa famille est un facteur de protection contre le TAS (Levine, Taylor, Nguyen, Chatters, & Himle, 2015).

Cela suggère que de nombreuses personnes souffrant d’anxiété sociale n’ont pas de relations satisfaisantes ou saines avec leur famille.

Les personnes souffrant d’anxiété sociale ont tendance à avoir des liens familiaux plus faibles par rapport à la population générale et manquent souvent d’un système de soutien familial sain. Les personnes affectées rapportent généralement une plus grande distance émotionnelle et physique avec les membres de leur famille et elles sont moins susceptibles de fonder et d’élever leur propre famille.

Cela peut être très problématique.

Non seulement la famille est l’un des éléments fondamentaux du bien-être général et d’une vie épanouie, mais elle peut aussi offrir un refuge émotionnel et physique contre les difficultés de la vie.

Sans un système de soutien familial fonctionnel, les personnes socialement anxieuses se retrouvent souvent seules à lutter contre leur TAS, ce qui peut intensifier la souffrance.

Niveau d’éducation inférieur

Aller à l’école et à l’université nécessite de se retrouver dans une salle de classe avec beaucoup d’autres élèves. Inutile de dire que cela est généralement problématique pour les personnes socialement anxieuses.

Le lycée est souvent particulièrement difficile pour les adolescents atteints de TAS. Avec tous les enfants qui essaient d’être cool et de s’intégrer, personne ne veut être considéré comme peu sûr de lui, faible ou bizarre.

Il est intéressant de noter que la phobie sociale apparaît généralement au début de l’adolescence, juste au moment où les enfants commencent à s’inquiéter de leur image et veulent être acceptés et appréciés par leurs pairs.

Cependant, comme il est très normal qu’il y ait une certaine forme d’insécurité à cet âge, les parents et les enseignants minimisent souvent les peurs sociales des enfants et ne les prennent pas au sérieux.

Cela laisse les enfants atteints de TAS dans une mauvaise posture. Leur anxiété et leur peur sont à prendre au sérieux, mais leurs parents et leurs enseignants pensent souvent que ce n’est qu’une phase dont ils sortiront en grandissant.

Aller à l’école est souvent très difficile pour les élèves atteints de trouble d’anxiété sociale. Beaucoup se sentent très mal à l’aise et anxieux en classe, tandis que d’autres évitent complètement ces situations. Cela se traduit généralement par des notes plus basses et de nombreux élèves abandonnent l’école prématurément.

Les élèves socialement anxieux qui quittent l’école prématurément courent un risque accru de souffrir d’abus et de dépendance à l’alcool plus tard dans leur vie, par rapport à ceux qui atteignent le niveau d’éducation souhaité (Van Ameringen, 2003, Mancini, & Farvolden, 2003).

En raison de leur peur des salles de classe, les personnes atteintes de TAS sont moins susceptibles de poursuivre des études supérieures, ce qui nous amène à notre prochaine conséquence de la phobie sociale.

Emplois au-dessous du potentiel de carrière et salaires plus bas

En général, de nombreuses personnes atteintes de TAS ont les compétences intellectuelles, et souvent la passion pour un sujet particulier, nécessaires pour obtenir un diplôme et réussir dans une profession donnée.

Cependant, de nombreuses personnes atteintes de phobie sociale ont peur d’être dans une salle de classe ou de devoir faire des présentations devant de grands groupes de personnes, et fuient donc les études supérieures.

Au final, la plupart sont heureuses d’avoir réussi à passer le cap du lycée sous une forme ou une autre.

De nombreuses personnes atteintes de troubles de l’anxiété sociale choisissent des lieux de travail où la communication interpersonnelle est réduite au minimum, afin d’être moins susceptibles d’être jugées et évaluées négativement par leurs pairs ou leurs superviseurs. Elles ont souvent des performances inférieures à leur potentiel professionnel et gagnent un salaire inférieur à la moyenne.

Les activités qu’ils exercent peuvent être importantes et apporter une valeur à la société, mais elles ne sont pas forcément le bon choix compte tenu de leurs compétences et talents individuels, sans parler de leurs passions.

Par conséquent, les personnes atteintes de TAS gagnent en moyenne 10% de moins que les personnes sans anxiété sociale (Katzelnick et al., 2001).

Les personnes touchées déclarent également prendre plus de jours de congé et être moins productives à cause de leurs symptômes d’anxiété (Stein, McQuaid, Laffaye, & McCahill, 1999).

Comme nous passons une grande partie de notre vie dans l’environnement professionnel dans lequel nous nous trouvons, cela a un impact négatif énorme sur notre satisfaction de vie de faire un travail que nous n’aimons pas.

Par conséquent, les personnes socialement anxieuses qui choisissent une carrière qui ne les épanouit pas vraiment sont moins satisfaites de leur vie.

Mauvaise santé physique et mentale

Un autre domaine qui est souvent affecté par l’anxiété sociale est la santé physique et mentale.

Réfléchis-y : Les personnes souffrant d’anxiété sociale évitent les situations sociales qui leur font peur – ce qui est associé à une solitude croissante – ou bien elles ressentent régulièrement un grand stress lorsqu’elles y sont confrontées, ce qui signifie qu’elles sont exposées de façon chronique à un grand stress.

Les deux options ont un impact négatif sur leur santé.

La solitude a été liée à une diminution de la santé physique et mentale, ainsi qu’à un mode de vie malsain (Richard et al., 2017).

Le stress chronique influence négativement le fonctionnement physique et mental (Yaribeygi, Panahi, Sahraei, Johnston, & Sahebkar, 2017).

Être entouré d’autres personnes augmente généralement le bien-être général, ainsi que la santé physique et mentale.

Nous sommes des créatures sociales par nature qui ont évolué pour se sentir bien quand nous faisons partie d’un groupe et collaborons avec les autres, car cela a été bénéfique pour notre survie en tant qu’espèce.

Comme les personnes souffrant de troubles de l’anxiété sociale souffrent de niveaux de stress élevés lorsqu’elles sont avec d’autres personnes ou passent beaucoup de temps seules, elles n’ont pas les effets protecteurs du contact social. L’anxiété chronique et la solitude sont associées à une moins bonne santé physique et mentale.

C’est le principal dilemme de la personne socialement anxieuse : elle a envie de contacts avec les autres, mais ressent de l’anxiété et du stress lorsqu’elle est en présence d’autres personnes car elle a peur d’être rejetée et de ne pas pouvoir appartenir au groupe.

Malheureusement, le résultat est souvent une détérioration de la santé physique et mentale.

Abus et dépendance à l’alcool

De nombreuses personnes souffrant d’anxiété sociale se tournent vers l’alcool pour réduire leurs craintes et améliorer leur sociabilité. D’autres l’utilisent comme moyen de soulager le stress et d’élever l’humeur. Les troubles de la consommation d’alcool sont très courants chez les personnes souffrant de phobie sociale, car la substance est souvent utilisée comme outil d’adaptation.

Par exemple, les personnes socialement anxieuses boivent souvent lors de fêtes ou de réunions de famille, où la consommation d’alcool est socialement acceptée.

D’autres peuvent abuser de l’alcool lors d’un premier rendez-vous, ou même dans des situations quotidiennes, comme avant d’aller au travail ou de rencontrer des amis.

Il existe une forte relation entre l’anxiété sociale et le trouble de la consommation d’alcool, près de la moitié des personnes touchées par le TAS répondant également aux critères du trouble de la consommation d’alcool à un moment donné de leur vie (Grant et al., 2005Schneier et al., 2010).

Dans la plupart de ces cas, le fait d’avoir un TAS précède l’alcoolisme, ce qui signifie que les personnes atteintes de TAS utiliseront très souvent de l’alcool pour faire face à leur anxiété et finiront par en devenir dépendantes.

En fait, les personnes diagnostiquées comme souffrant de TAS sont quatre fois plus susceptibles de développer un trouble de la consommation d’alcool que celles qui ne souffrent pas de phobie sociale (Buckner et al., 2008 ; Schneier et al., 2010).

Et ces chiffres ne concernent que le trouble de la consommation d’alcool. Comme tu le sais, il existe de nombreuses autres substances dont on peut abuser.

Par exemple, une personne sur quatre souffrant de TAS a une dépendance à la nicotine, et les personnes souffrant de TAS sont sept fois plus susceptibles d’avoir une dépendance à la marijuana par rapport à la population générale (Agosti, Nunes, Levin, 2002).

Dépression, idées suicidaires et risque accru de suicide

Après tout ce que nous avons couvert jusqu’à présent, il est logique que la dépression figure sur cette liste.

Les amitiés, les relations amoureuses, la vie de famille, l’éducation et la vie professionnelle, ainsi que la santé physique et mentale étant drastiquement affectées par le TAS, il est probablement explicite de comprendre pourquoi les personnes souffrant de troubles de l’anxiété sociale ont tendance à développer une dépression.

Une étude longitudinale qui a suivi un grand groupe d’adolescents et de jeunes adultes atteints de TAS pendant plusieurs années a révélé que ces personnes étaient plus susceptibles de développer une dépression par rapport à la population générale (Wittchen, Stein, & Kessler, 1999).

Ceux qui avaient déjà des symptômes dépressifs au début de l’étude étaient encore plus exposés à un autre épisode dépressif ou à une dépression permanente.

Le problème lorsqu’on ajoute la dépression à un trouble d’anxiété sociale existant est que cela augmente le retrait social, qui à son tour augmente l’anxiété sociale, qui à son tour entraîne plus de symptômes dépressifs, et ainsi de suite.

Cela entraîne souvent une augmentation des pensées suicidaires et un risque accru de se suicider réellement (Wunderlich, Bronisch, & Wittchen, 1998).

Autres conditions de santé mentale supplémentaires

Dans jusqu’à 90 % des cas, le trouble d’anxiété sociale s’accompagne d’un trouble psychiatrique supplémentaire (Acarturk, de Graaf, van Straten, Have, & Cuijpers, 2008).

Jusqu’à présent, nous avons abordé les plus courants : le trouble de la toxicomanie et la dépression, ainsi qu’un risque accru de suicide.

Cependant, il existe bien d’autres problèmes psychologiques associés au TAS.

Les personnes touchées par le TAS souffrent souvent aussi de troubles obsessionnels compulsifs (TOC pour faire court), de stress post-traumatique (SSPT), de troubles alimentaires, ainsi que de troubles de l’enfance tels que le TDAH (Koyuncu, İnce, Ertekin, & Türkel, 2019).

Lorsque le TAS coexiste avec l’une de ces conditions – ce qui signifie qu’une personne souffre de deux troubles ou plus en même temps – cela s’accompagne généralement d’une plus grande gravité des symptômes, d’une résistance accrue au traitement et d’un fonctionnement général plus faible.

Cela peut rendre le trouble de l’anxiété sociale plus difficile à traiter et, bien sûr, signifie généralement plus de problèmes et plus de souffrance pour la personne affectée.

Nous tenons à souligner ici que ces conditions psychiatriques supplémentaires ne sont pas nécessairement des conséquences de la phobie sociale. Elles coexistent simplement souvent avec elle.

Lutte quotidienne contre des tâches apparemment simples

Jusqu’à présent, nous avons couvert des parties de la vie assez grandes et importantes qui sont souvent affectées par le TAS.

Ce dernier élément de notre liste se concentre toutefois sur les petites choses.

Bien qu’apparemment petites, ces choses font en fait partie des conséquences les plus graves auxquelles les personnes atteintes de TAS doivent faire face.

Nous parlons de la lutte contre les tâches quotidiennes et les corvées banales. Des choses qui sont faciles pour la plupart des gens, mais qui peuvent être incroyablement difficiles pour les personnes souffrant d’anxiété sociale.

Selon la personne, les domaines problématiques spécifiques peuvent varier. Mais toutes les personnes souffrant de TAS ont leurs propres situations personnelles qu’elles craignent et avec lesquelles elles luttent vraiment.

Cela signifie que les personnes souffrant de phobie sociale ont un choix à faire presque tous les jours : soit éviter les situations sociales qu’elles craignent – et subir les conséquences de ne pas se montrer dans la vie – soit affronter la situation sociale, mais le faire avec beaucoup de stress et d’anxiété.

Des situations que la plupart des gens trouvent normales et peut-être même agréables peuvent constituer un obstacle majeur pour les personnes socialement anxieuses.

Étant donné que les personnes souffrant de TAS doivent souvent vivre de telles situations anxiogènes au quotidien, ces “petites” choses méritent de figurer dans cette liste.

Et elles font probablement partie des effets les plus intolérables de l’anxiété sociale.

Nous espérons que cet article te sensibilisera à la gravité du trouble d’anxiété sociale. Si le sujet t’intéresse, nous t’invitons à lire notre guide d’introduction au trouble d’anxiété sociale, qui couvre les principes fondamentaux du TAS, ou à te rendre sur notre guide de traitement complet, conçu pour te donner un aperçu complet des options de traitement disponibles.

Épingle | Partage | Suis


Afficher les références

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.