Comment aider quelqu’un qui souffre d’anxiété sociale ? Un guide complet

Le sentiment d’insécurité dans certaines situations sociales est normal et adaptatif.

Lorsque nous percevons que nous courons le risque de donner une impression indésirable aux autres, nous pouvons réagir avec plus de vigilance, en veillant à ne pas nous comporter d’une manière qui pourrait offenser les autres ou donner une mauvaise image de nous-mêmes (Leary, 2000).

Cependant, pour certaines personnes, les sentiments d’insécurité en présence d’autres personnes sont beaucoup plus intenses, entraînant une anxiété pure et simple qui peut être paralysante et causer toute une série de problèmes pour la personne concernée.

Les personnes qui entrent dans cette catégorie ressentent une grande détresse lorsqu’elles sont confrontées aux situations sociales qu’elles craignent, ou bien elles évitent complètement ces situations (British Psychological Society, 2013).

Étant donné les avantages à court terme de cette dernière solution, elle est souvent choisie au détriment de la première, une stratégie qui a tendance à avoir des effets néfastes sur la vie des gens à long terme, entraînant une diminution de la fonctionnalité et de la satisfaction de la vie.

Les professionnels de la santé mentale parlent de trouble d’anxiété sociale (TAS ; également appelé phobie sociale ; American Psychiatric Association, 2013) pour décrire la présence de ces symptômes.

En raison de la nature de la phobie sociale, les personnes touchées demandent rarement de l’aide. Il est donc d’autant plus important que leurs proches apprennent à les soutenir et à les accompagner dans les moments de crise et à chercher des solutions à long terme.

Cet article est destiné aux personnes qui ont (soupçonnent d’)avoir un proche atteint de TAS.

Nous te fournirons tout ce que tu dois savoir sur cette maladie afin de soutenir au mieux une personne touchée par l’anxiété sociale sans lui marcher sur les pieds.

Pourquoi les gens développent-ils une anxiété sociale ?

Bien que l’on suppose souvent le contraire, l’anxiété sociale, comme tout autre phénomène psychologique, n’a pratiquement pas de cause fondamentale spécifique.

Au lieu de cela, elle est généralement le résultat d’un mélange unique de plusieurs facteurs prédisposants et contributifs.

Les gènes jouent souvent un rôle, surtout chez les personnes ayant un tempérament très timide et socialement inhibé.

Cependant, il existe un certain nombre de facteurs environnementaux, expérientiels et biologiques supplémentaires qui peuvent influencer de manière significative le développement du TAS.

La liste suivante donne un aperçu rapide de l’état actuel de la science concernant les facteurs qui peuvent conduire au développement de la phobie sociale.

  1. Une prédisposition héréditaire (Spence & Rapee, 2016)
  2. Un style d’attachement insécurisant (Bohlin, Hagekull, & Rydell, 2000Muris, Mayer, & Meesters, 2000)
  3. Un rôle parental défavorable (par exemple, Bögels, Van Oosten, Muris, & Smulders, 2001)
  4. Expériences sociales traumatisantes (Öst, 1985)
  5. Être témoin des traumatismes sociaux des autres (Öst & Hughdahl, 1981Mineka & Cook, 1991)
  6. Expériences difficiles dans l’enfance (Kessler, Davis, & Kendler, 1997Magee, 1999Lieb et al., 2000 ; Bandelow et al., 2004)
  7. Capacités sociales déficientes (Spence, Donovan, & Brechman-Toussaint, 1999)
  8. Moyens défavorables de diriger l’attention (Alfano & Beidel, 2011)
  9. Caractéristiques biologiques prédisposantes (par exemple, Condren, O’Neill, Ryan, Barrett, & Thakore, 2002).
  10. Valeurs et attitudes culturelles (par exemple, Hofmann, Asnaani, & Hinton, 2011).

Pour une explication plus détaillée de chacun de ces facteurs, nous te recommandons de cliquer ici pour accéder à notre article sur les causes du trouble de l’anxiété sociale.

Ensuite, voyons comment tu peux reconnaître qu’une personne est affectée par l’anxiété sociale.

Comment savoir si quelqu’un souffre d’anxiété sociale ?

Comme indiqué ci-dessus, se sentir peu sûr de soi ou un peu anxieux dans certaines situations sociales est normal et souvent utile.

Par exemple, pense à un premier rendez-vous ou au fait de devoir faire une présentation devant un grand public. Tu seras probablement d’accord pour dire qu’un certain souci de ton apparence peut t’aider à faire une meilleure impression dans ces situations.

Comme la plupart des êtres humains ressentent ces sentiments d’insécurité de temps en temps, ils ne sont pas un indicateur qu’une personne souffre de phobie sociale.

Ce qui distingue les préoccupations des personnes souffrant de TAS de celles qui n’en souffrent pas, c’est que leurs inquiétudes sont excessives (tu peux cliquer ici pour accéder à notre article sur les critères de diagnostic du TAS).

Cet excès se manifeste soit par un évitement fréquent des situations qui déclenchent l’insécurité, soit par des réactions d’anxiété intenses lorsqu’elles sont confrontées à ces situations.

Selon l’individu, l’anxiété peut se manifester physiquement sous la forme d’une augmentation de la transpiration, d’une voix tremblante, d’un essoufflement, de mains qui tremblent, et ainsi de suite, ou elle peut se manifester par un comportement qui peut être perçu comme étrange par les autres, comme un silence extrême, être impoli ou être trop bavard.

D’autres comportements souvent observés chez les personnes socialement anxieuses comprennent une soumission accrue, un plaisir excessif pour les gens et l’évitement des conflits.

Cependant, il existe également un petit sous-groupe de personnes atteintes de TAS qui présentent le profil de personnalité opposé, marqué par une agressivité accrue et un comportement à risque (Kashdan, McKnight, Richey, & Hofmann, 2009). Ce groupe se compose principalement de jeunes hommes.

Bien que les signes ci-dessus puissent être des indicateurs précoces qu’une personne peut souffrir d’anxiété sociale, il n’y a aucun moyen de savoir avec certitude qu’une personne est affectée par cette affection sans lui parler, car c’est l’expérience subjective qui compte vraiment.

Comment aborder une personne concernant son anxiété sociale ?

En fonction de la personne et de ta relation avec elle, tu peux te demander si tu dois aborder le problème ouvertement ou non.

La réponse à cette question n’est pas généralisable, car chaque personne réagit différemment à ces tentatives.

Alors que certaines personnes seront désireuses de parler de leur problème et accueilleront favorablement toute tentative de ta part d’aborder le sujet, d’autres pourraient devenir très défensives et couper toute conversation qui pourrait révéler d’éventuelles vulnérabilités ou de prétendus défauts de caractère.

Une telle réaction est compréhensible, compte tenu des niveaux élevés d’embarras que les personnes touchées ressentent souvent par rapport à leur anxiété sociale et à leur propre personne en général.

En d’autres termes, la plupart des personnes atteintes de TAS essaient d’éviter d’être vues sous un jour négatif, ce qui les amène généralement à être très critiques envers elles-mêmes et à cacher aux autres leurs parties les plus “indésirables”.

Pratiquement toutes les personnes atteintes de phobie sociale considèrent que leur TAS est très peu attrayant, elles en ont donc très honte et espèrent que personne ne le découvrira.

Par conséquent, avoir une conversation ouverte sur le sujet peut être très inconfortable pour les personnes touchées.

Cependant, la plupart des personnes touchées atteignent un point où elles réalisent que leur phobie sociale ne va pas disparaître toute seule et qu’elles ne peuvent pas résoudre leur problème sans aide.

Si tu penses que ton proche a atteint ce stade et que vous avez le genre de proximité relationnelle nécessaire pour parler de sujets intimes, il sera très probablement réceptif et appréciera que tu abordes le sujet.

Cependant, veille à ce que ce processus soit aussi facile et confortable que possible pour la personne concernée, afin de ne pas l’effrayer et l’empêcher de s’ouvrir.

Il n’y a pas de formule magique sur la façon de procéder. C’est toi, en tant que leur proche, qui es le mieux placé pour choisir la voie la plus prometteuse.

Pour les personnes très anxieuses, qui ont tendance à s’embarrasser facilement et ont une forte tendance aux crises de panique, tu peux initier la conversation par message texte.

De cette façon, la personne n’est pas obligée de se confronter en face à face et peut garder un certain niveau de contrôle sur ce qu’elle partagera et sur le fait qu’elle s’ouvrira ou non en personne par la suite.

Voici quelques directives à garder à l’esprit lorsque tu abordes pour la première fois l’anxiété sociale de ton proche :

  • Sois empathique et compréhensif.
  • Fais-lui comprendre que tu abordes le sujet parce que tu te soucies de son bien-être, et non pour le critiquer ou pointer ses défauts.
  • Il peut être utile de partager les situations sociales qui te font ressentir de l’insécurité. De nombreuses personnes atteintes de TAS sont surprises de constater que les peurs sociales sont tout à fait courantes et normales. Cependant, il est crucial de communiquer que tu sais que leur anxiété est beaucoup plus intense et grave que la tienne ou celle de la plupart des gens. Tu peux aussi souligner qu’environ 10 % des gens souffrent de TAS à un moment donné de leur vie (Wittchen & Fehm, 2001).
  • Fais savoir que tu comprends que ce n’est pas leur faute ou leur responsabilité s’ils souffrent d’anxiété sociale.
  • Fais-leur savoir que tu es là pour les soutenir. Certains peuvent trouver utile d’avoir quelqu’un avec qui pratiquer certaines compétences sociales, d’autres d’avoir quelqu’un qui soit là pour eux dans les situations difficiles, ou simplement quelqu’un pour les écouter. Le plus important est qu’ils réalisent qu’ils ne sont pas seuls avec leur problème.
  • Discute de la possibilité de commencer une thérapie et de rejoindre un groupe de soutien local. Il existe plusieurs interventions efficaces pour l’anxiété sociale (clique ici pour accéder à notre e-book qui fournit un résumé complet des interventions de pointe les plus récentes pour la phobie sociale), mais seulement 20% des personnes qui en souffrent reçoivent une aide professionnelle (Grant et al, 2005). Toi, en tant que proche, tu peux les aider à prendre la décision d’essayer.

Comme nous l’avons mentionné, les personnes socialement anxieuses sont très préoccupées par la possibilité que les autres les considèrent comme bizarres, faibles, stupides, inutiles, etc.

La dernière chose que tu veux faire est de renforcer leur vision négative d’eux-mêmes. Assure-toi de les traiter avec respect, comme un égal, comme quelqu’un qui mérite d’être pris au sérieux.

Il est également important de garder à l’esprit que, par peur d’être considérées comme ineptes, certaines personnes atteintes de TAS peuvent minimiser leur combat et prétendre qu’elles vont bien alors que ce n’est vraiment pas le cas.

Cette stratégie peut avoir des conséquences néfastes, car elle peut les laisser souffrir en silence sans espoir réaliste d’amélioration.

Toi, en tant que proche qui les connaît bien, tu es le mieux placé pour être cette main secourable dont ils ont si désespérément besoin, même s’ils ne le demandent pas explicitement.

Comment interagir avec une personne qui souffre d’anxiété sociale ?

Compte tenu de leur anxiété et de leur sensibilité accrue aux critiques, qui peut souvent être difficile à comprendre pour les personnes qui ne sont pas touchées, il y a quelques nuances à prendre en compte lors des interactions avec les personnes socialement anxieuses.

Selon la personne et ses problèmes spécifiques, différentes choses peuvent être essentielles pour qu’elle ne se sente pas trop mal à l’aise en interagissant avec toi.

Voici une liste de comportements et de situations qui ont tendance à mettre mal à l’aise les personnes souffrant de phobie sociale :

  • Attirer une attention non désirée dans des situations de groupe ;
  • le fait que d’autres personnes soulignent leurs réactions physiques d’anxiété ;
  • être décrit comme inhabituellement silencieux
  • être mis sous pression pour parler de sujets intimes ;
  • le fait que les autres soient ouvertement informés de leur anxiété sociale ;
  • être obligé(e) d’affronter ses peurs plutôt que de choisir de le faire soi-même ;
  • être critiqué et traité de manière impolie ;
  • être exclu des conversations et des activités de groupe ;
  • être mis sur la sellette dans un groupe (“Qu’est-ce que tu penses de ça ?“) ;
  • être exposé à une situation qui pourrait révéler un manque de compétences (sociales).

Ces exemples sont assez généraux et sont présentés ici parce qu’ils sont les plus importants pour toi, quelqu’un qui ne veut pas marcher sur les pieds d’une personne atteinte de phobie sociale.

Par conséquent, la liste ci-dessus n’est pas une représentation exhaustive des situations avec lesquelles les personnes souffrant de TAS sont souvent aux prises. Pour un aperçu plus détaillé des situations les plus redoutées, n’hésite pas à cliquer ici pour accéder à notre introduction complète sur l’anxiété sociale.

En gardant à l’esprit les informations ci-dessus, il est conseillé de faire preuve de prudence lorsque tu interagis avec ton proche et de baser ton comportement avec lui sur ta connaissance de sa personnalité et ton intuition.

En d’autres termes, ta relation avec la personne socialement anxieuse sera probablement bénéfique si tu ne la mets pas dans les situations ci-dessus et si tu suis ton instinct pour savoir quelles situations, quels comportements et quels sujets de conversation elle peut apprécier et lesquels elle peut fuir.

Cependant, la frontière est mince entre le fait d’être raisonnablement attentif à leurs difficultés et celui de renforcer leur comportement d’évitement, ce dernier étant un facteur de maintien de l’anxiété sociale (Clark & Wells, 1995).

Au mieux, ta relation avec la personne affectée est un mélange idéal de considération et de compréhension concernant ses craintes, ainsi que de soutien et d’encouragement concernant son processus d’amélioration proactif.

Voyons comment tu peux atteindre un tel équilibre.

Comment soutenir une personne souffrant d’anxiété sociale ?

Sans traitement approprié, le trouble d’anxiété sociale est marqué par une forte persistance tout au long de la vie (Beesdo-Baum et al., 2012).

Lorsque le TAS reste stable, les personnes concernées développent souvent une dépression et une toxicomanie (Sonntag, Wittchen, Höfler, Kessler, & Stein, 2000Wittchen, 2000 ; tu peux cliquer ici pour accéder à notre bref article sur ce qui se passe lorsque la phobie sociale n’est pas traitée).

C’est pourquoi la plupart des personnes souffrant d’anxiété sociale ont intérêt à adopter une attitude proactive vis-à-vis de leur bien-être psychologique, ce qui implique généralement de briser leur schéma d’évitement social, une étape à la fois.

Comme l’exposition à des scénarios sociaux redoutés peut être très effrayante et épuisante psychologiquement, de nombreuses personnes affectées ne la recherchent que sporadiquement, si elles le font.

Avoir quelqu’un qui les encourage, encore et encore, à rechercher volontairement cette exposition et à réduire l’évitement peut changer la donne pour de nombreuses personnes.

Cependant, il est important de ne pas pousser trop fort et de s’assurer qu’ils comprennent que tu les encourages pour leur propre bien.

Pour aider ton proche à comprendre l’importance de l’exposition répétée aux situations redoutées, tu peux partager avec lui notre article sur la thérapie cognitivo-comportementale pour le TAS, auquel tu peux accéder en cliquant ici.

Il est important de garder à l’esprit qu’il y aura des moments où ils seront motivés pour affronter leurs peurs, tout comme il y aura des moments de baisse de moral et de retrait social accru.

De telles fluctuations sont tout à fait normales chez les personnes socialement anxieuses.

Lorsque tu remarqueras ces changements, en tant que personne attentive et solidaire, tu voudras peut-être adapter ton comportement en conséquence.

En général, tu dois éviter de pousser trop fort, tout comme tu dois éviter d’être trop permissif avec un retrait extrême.

Comme ce dernier est un mécanisme de défense typique contre leur anxiété, il est important de respecter leur agitation momentanée, mais aussi de leur prêter main forte pour les en sortir lentement.

Il faut s’attendre à des baisses soudaines d’humeur et de motivation, car elles font partie intégrante du processus d’amélioration.

Cependant, ces moments sont souvent critiques, car les personnes touchées peuvent manquer le travail, l’école, le collège, l’université ou des événements sociaux importants, ce qui peut avoir des conséquences néfastes à long terme.

Ce qui compte le plus dans ces situations, c’est que tu les soutiennes pendant cette période et que tu trouves une manière douce de remonter leur moral et de les encourager à redevenir proactifs.

Voici quelques recommandations qui sont souvent utiles :

  • Écoute ce que ton proche a à dire s’il est prêt à parler. S’il ne l’est pas, fais-lui savoir que tu es toujours là pour tendre l’oreille, mais ne le pousse pas trop fort.
  • Rappelle-leur que se sentir déprimé et découragé est une partie normale du processus, à laquelle il faut s’attendre. Ceux qui vont mieux le comprennent généralement et, par conséquent, parviennent à s’en sortir malgré leur moral bas.
  • Si ton proche a des difficultés avec un événement social particulier à venir, propose-lui de l’aider à simuler et à s’entraîner à la situation redoutée.
  • S’il a manqué quelques jours à son nouveau travail, à l’université, etc., il peut être enclin à penser qu’il a déjà perdu la face, ce qui entraîne souvent encore plus de retrait et d’évitement. Aide-les à comprendre que retourner au travail, à l’école, etc. est une option valable, et que les autres ne penseront probablement pas aussi mal d’eux qu’ils l’imaginent.
  • Les crises psychologiques, comme une période aiguë de retrait et d’évitement social, peuvent servir de motivation pour demander une aide professionnelle. Tu peux discuter de la possibilité d’entamer un processus thérapeutique si tu penses que c’est le bon moment pour le faire.

Il est également important de garder à l’esprit que tu ne peux pas faire grand-chose. Parfois, les personnes qui souffrent ne sont pas réceptives aux tentatives des autres pour les aider.

Même s’il est de ta responsabilité, en tant que proche, de te soucier d’eux et de chercher des moyens de les soutenir, en fin de compte, c’est la personne affectée elle-même qui doit assumer la responsabilité de son propre bien-être.

Ne tombe pas malade parce que tu te heurtes à un mur en essayant d’aider. Si ton proche n’est pas réceptif, assure-toi qu’il sait que tu es prêt à l’écouter et à l’aider, mais prends d’abord soin de toi.

Ton proche doit-il chercher une aide professionnelle pour son anxiété sociale ?

Comme mentionné plus haut, le trouble de l’anxiété sociale doit normalement être traité par des professionnels, car il peut persister, voire augmenter avec le temps s’il n’est pas traité de manière adéquate (Beesdo-Baum et al., 2012).

Bien que de nombreuses personnes hésitent encore à demander de l’aide à des psychiatres, des psychologues, des conseillers et/ou des psychothérapeutes, car selon leur pays et leur région de résidence, la stigmatisation peut encore être importante, cette option est de mieux en mieux acceptée.

Si tu penses que ton proche lutte contre la peur d’une évaluation négative et l’anxiété dans les situations sociales, c’est généralement une bonne idée de lui demander de consulter un professionnel de la santé mentale pour voir si sa situation est grave et comment il pourrait être aidé.

Nous tenons à souligner que cette aide doit être administrée par des professionnels.

Les ressources en ligne, comme ce site Web, peuvent être d’excellents outils pour se faire une première idée et être guidé dans les bonnes directions. Cependant, les diagnostics potentiels et les traitements correspondants ne doivent être réalisés que par des professionnels de la santé mentale qui ont été formés à cet effet.

Si ton proche est prêt à consulter en personne (face à face), il peut s’adresser à son médecin traitant et lui demander de l’orienter vers un psychologue, un psychiatre, un conseiller ou un psychothérapeute.

En fonction de son assurance maladie et de son pays de résidence, il n’est peut-être pas nécessaire de parler à son médecin de soins primaires et il peut contacter directement un professionnel de la santé mentale.

Tu peux proposer de l’accompagner au centre de traitement, ce qui peut faciliter le processus de recherche d’une aide professionnelle.

Si ton proche préfère consulter en ligne, sache qu’il existe plusieurs options valables pour le faire.

Le traitement en ligne est souvent particulièrement approprié pour les personnes souffrant de TAS, car il a le potentiel d’abaisser le seuil de la recherche de traitement.

En d’autres termes, le fait de ne pas avoir à s’asseoir face à un inconnu et à s’ouvrir sur son insécurité augmente la probabilité que les personnes socialement anxieuses recherchent une aide professionnelle.

Si ton proche est enclin à essayer une thérapie en ligne, nous te recommandons BetterHelp. C’est un portail en ligne qui met en relation ton proche avec un thérapeute approprié pour l’aider à gérer son anxiété sociale.

Ils proposent des services de conseil et de thérapie en ligne fournis par le biais d’une interaction sur le Web ainsi que par téléphone et par message texte.

Bien que le site soit proposé uniquement en anglais, ils ont d’excellents thérapeutes qui parlent français. Lors de l’inscription, choisis simplement que ton proche cherche une thérapie en français.

S’il choisit cette option, nous lui serions reconnaissants de cliquer sur la bannière ci-dessus ou d’utiliser ce lien pour s’inscrire à un traitement en ligne avec BetterHelp. De cette façon, nous pouvons gagner une commission sans coût supplémentaire pour ton proche.

Nous comptons sur ces contributions de nos lecteurs pour créer du contenu utile tel que cet article. Merci de ton soutien !

Si la personne touchée est encore une adolescente, tu peux jeter un coup d’œil à Teen Counseling, qui est spécialisé dans la mise en relation d’enfants avec des thérapeutes qualifiés pour un traitement en ligne.

En utilisant ce lien, tu seras dirigé vers leur site Web. Là aussi, nous pourrons recevoir une commission sans frais supplémentaires pour toi ou ton proche si tu décides de t’inscrire. Merci de nous soutenir de cette façon !

Pour en savoir plus sur l’anxiété sociale ou pour fournir à ton proche des informations utiles, n’hésite pas à te promener sur notre site Web et notre blog. Notre objectif est de fournir la ressource la plus complète sur l’anxiété sociale sur le Web.

Merci d’avoir lu.

Épingle | Partage | Suivre


Afficher les références

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.