Plongée en Profondeur : Guide de Psychanalyse pour l’Anxiété Sociale

L’anxiété sociale est une peur intense des interactions sociales et des évaluations par les autres. En 1980, l’American Psychiatric Association (APA) l’a officiellement reconnue comme un trouble à part entière.

Cette reconnaissance officielle a mis en évidence le monde émotionnel compliqué des personnes qui luttent contre la peur sociale.

Mais bien avant leur identification formelle, les préoccupations qui s’expriment dans les situations sociales avaient déjà attiré l’attention d’observateurs perspicaces.

L’une de ces personnalités était Sigmund Freud, le précurseur de la psychanalyse.

Grâce à ses recherches sur la psyché humaine, Freud a posé les bases de la compréhension des racines de l’anxiété sociale et nous a permis d’acquérir des connaissances qui influencent encore aujourd’hui notre compréhension et notre traitement de cet état complexe.

Dans cet article, nous examinons de plus près comment la psychanalyse a influencé de manière durable la compréhension du monde complexe de l’anxiété sociale.

Tu y trouveras de précieuses informations qui pourront t’apporter une aide pratique.

Qui sait, tu envisageras peut-être même de te lancer dans une psychanalyse pour surmonter ta peur sociale.

A. Qu’est-ce que la psychanalyse ?

Aux yeux de Sigmund Freud (1923), la psychanalyse comprend plusieurs facettes importantes :

  1. Elle explore les processus psychiques inaccessibles : elle sert de méthode pour pénétrer dans les profondeurs de notre psyché et découvrir des processus qui ne peuvent être explorés par d’autres moyens.
  2. Traitement des troubles névrotiques : Freud y voyait une approche thérapeutique pour traiter les troubles névrotiques qui perturbent notre équilibre psychique.
  3. Un réservoir d’insights psychologiques : C’est une collection de connaissances et de théories qui offre des aperçus profonds sur les processus tortueux de l’esprit humain.

Selon la conception de Freud, l’être humain est impliqué dans une lutte permanente. Cette lutte se déroule entre nos actions, nos désirs et les événements extérieurs qui façonnent notre vie.

Ces conflits intérieurs, qui restent souvent cachés à notre conscience, sont une excellente scène pour les pulsions et les désirs inconscients qui entrent en conflit avec la réalité de notre existence.

Psychoanalysis aims to make unconscious conflicts conscious, which can not only help us understand our feelings and behaviors but can also be therapeutic in itself.

Comme ces besoins rencontrent souvent des obstacles et impliquent souvent des objectifs contradictoires, les conflits non résolus et cachés peuvent entraîner des problèmes.

Ces problèmes se manifestent sous forme de symptômes – comme la peur qui apparaît dans les scénarios sociaux.

La psychanalyse vise à mettre en lumière ces conflits cachés et à les rendre conscients.

De cette manière, nous pouvons non seulement mieux comprendre nos sentiments et nos actions, mais elle renferme également un potentiel thérapeutique.

Cet éclairage ouvre la voie à la guérison et à la transformation.

Comparaison de la psychanalyse et du DSM-V

Les manuels de diagnostic sont souvent utilisés dans la pratique clinique, le DSM-5 étant l’un des plus répandus. Ces manuels fournissent des points de repère pour les diagnostics et guident les cliniciens vers certaines voies de traitement.

L’approche psychanalytique suit cependant un chemin fondamentalement différent. Pour mieux comprendre les différences entre l’approche DSM-5 et la psychanalyse, nous jetons un coup d’œil à la comparaison suivante.

DSM-VPsychanalyse
L’APA établit des critères généraux de diagnostic qui ressemblent à une liste de contrôle objective.Le diagnostic n’est pas le point central ; les expériences individuelles du patient sont importantes.
Les mesures suivent des manuels de traitement qui sont souvent les mêmes pour tous les patients.Interventions marquées par la curiosité et l’intuition du patient/de l’analyste.
Accent sur le soulagement à court terme, potentiel de réduction des symptômes à long terme.Se concentrer sur les compréhensions à long terme, la connaissance de soi et la réduction de la souffrance.

Ces différentes approches soulignent les différentes perspectives entre le DSM-V et la psychanalyse lorsqu’il s’agit de comprendre et de traiter l’anxiété sociale.

Comme tu peux le constater, la psychanalyse met l’accent sur l’exploration personnelle des expériences individuelles et sur la recherche de connaissances psychologiques à long terme et de soulagement.

B. Comment la psychanalyse explique-t-elle la peur sociale ?

Alors que le DSM-V qualifie la peur irrationnelle des situations sociales de trouble d’anxiété sociale (anciennement connu sous le nom de phobie sociale), dans le domaine de la théorie psychanalytique et freudienne, elle prend la forme d’une névrose phobique et d’une hystérie de peur.

Les pivots de cette réalité psychologique compliquée sont l’évitement, le refoulement et le déplacement – des mécanismes de défense qui jouent un rôle important.

L’étude de la névrose phobique par Freud porte sur la peur irrationnelle d’un objet, d’un lieu, d’une personne ou d’un scénario particulier qui provoque un sentiment de menace accablant.

Ce phénomène est souvent un phénomène complexe, enraciné dans les multiples expériences de vie d’une personne.

Typically, the origins of phobic neurosis can be traced back to a significant traumatic experience (often in early childhood).

Lorsque l’on découvre les origines de la névrose phobique, on tombe souvent sur des moments significatifs de la petite enfance qui ont préparé le terrain pour l’apparition de ces peurs.

Selon la théorie psychanalytique, ces expériences traumatisantes importantes ont été déplacées dans l’inconscient, un processus connu sous le nom de refoulement.

Cet acte conscient d’oubli sert de mécanisme d’autoprotection qui garantit que la mémoire consciente n’a pas à porter le poids de ces événements accablants.

En réaction à de telles dynamiques psychologiques, notre psychisme met en place des mécanismes de défense qui fonctionnent en grande partie sous le radar de notre conscience, comme Freud l’a observé avec perspicacité.

Mécanismes de défense dans la névrose phobique (hystérie de peur)

Dans le cadre d’une névrose phobique, les personnes concernées mettent généralement en place trois mécanismes de défense centraux : L’évitement, le refoulement et le déplacement.

L’évitement : Ce mécanisme nous amène à éviter les situations qui provoquent un malaise et un inconfort.

Le refoulement : Les souvenirs et les sentiments qui sont trop pénibles pour être affrontés sont refoulés dans les profondeurs de l’inconscient.

Le déplacement : les peurs latentes qui sommeillent dans notre subconscient se manifestent souvent lorsque nous sommes confrontés à un autre objet, une personne ou un lieu apparemment non apparenté.

Ces mécanismes de défense servent de protection pour nous préserver des émotions et des souvenirs stressants.

The intention of these defense mechanisms is to protect us from uncomfortable feelings and memories.

Alors qu’elles jouent un rôle central dans la gestion des difficultés, surtout pendant l’enfance, leur utilité peut se transformer en défi lorsque nous devenons plus mûrs et que nous acquérons la capacité de gérer les traumatismes dont elles nous protègent.

Cependant, l’accès à ces couches psychologiques inconscientes n’est pas une tâche facile, car elles sont cachées.

C’est là que la psychanalyse entre en action.

C. Comment la psychanalyse traite-t-elle l’anxiété sociale ?

La psychanalyse est souvent appelée “thérapie par la parole“. L’expression verbale de nos expériences et sentiments intérieurs permet de faire tomber les barrières émotionnelles et de traiter les symptômes hystériques (Marx, Benecke, & Gumz, 2017).

En cas de trouble d’anxiété sociale ou de névrose phobique, la technique de l’association libre peut apporter un soulagement. Avec cette méthode, les patients partagent leur flux de conscience pendant les séances – pensées, souvenirs, émotions, mots et plus encore. Les conflits inconscients sont ainsi révélés, ce qui entraîne une libération cathartique pour le patient.

Catharsis : le processus de libération des émotions fortes ou réprimées, qui conduit à un soulagement (Hornblower, Spawforth, & Eidinow, 2012).

Free association is used in psychoanalysis and can lead to catharsis.

Freud (1923) défendait l’idée que la traduction des expériences en mots pouvait apporter des réponses à des questions cruciales :

  • Quelle est l’origine de mes symptômes ?
  • Pourquoi est-ce que je vis ces symptômes ?
  • Quelle est la signification de ces symptômes pour moi ?
  • Comment puis-je interpréter et comprendre ces symptômes ?
  • Quel est le lien entre ces symptômes et mon histoire personnelle ?
  • Comment puis-je gérer ces symptômes pour soulager ma souffrance ?

L’élément décisif pour la libre association est l’ouverture inébranlable du patient, qui exprime ses pensées et ses expériences exactement comme elles apparaissent, sans autocensure.

Grâce à ce processus, les portes de l’inconscient s’ouvrent peu à peu, de sorte que le patient peut décoder ses symptômes à la racine.

D. La psychanalyse est-elle un traitement efficace contre l’anxiété sociale ?

Une critique fréquente de la psychanalyse est le manque de preuves concrètes de son efficacité.

Dans ses premiers écrits sur le sujet, Freud (1916) reconnaissait lui-même que “la psychanalyse vise le cas individuel“.

Comme la psychanalyse se concentre sur les expériences subjectives individuelles et rejette les généralisations générales, la réalisation d’études visant à quantifier son efficacité représente un défi de taille.

Ce scepticisme a toutefois été progressivement réduit au cours des dernières décennies. Un nombre croissant d’études de cas a montré l’impact profond que peut avoir la psychanalyse en tant que traitement psychologique.

Cela vaut également pour l’anxiété sociale. De nombreuses études de cas montrent que la situation des personnes souffrant de troubles d’anxiété sociale s’améliore considérablement après un traitement psychanalytique (McEvoy et al., 2016).

Freud himself (1916) wrote in one of his early writings on the symptom: “Psychoanalysis aims at the case by case.”

E. Facteurs décisifs dans le traitement psychanalytique

L’efficacité de la psychanalyse pour réduire l’anxiété sociale dépend d’un grand nombre de facteurs. Voici quelques-uns des plus importants :

  • L’engagement du patient dans son parcours thérapeutique.
  • La compétence du psychanalyste.
  • L’harmonie entre le patient et l’analyste, y compris le développement de l’alliance thérapeutique et du transfert pendant le traitement.
  • La durée et la fréquence des séances.
  • Les objectifs du patient (réduire l’anxiété sociale ou l’intégrer dans sa vie).
  • L’aspiration à être guidé par un thérapeute empathique et curieux.
  • La capacité d’introspection et l’ouverture à explorer et à analyser les expériences personnelles.
The success of psychoanalysis depends on how committed we are to consistently look inward and analyze our feelings, behaviors, thoughts, and intentions.

Le succès de la psychanalyse dépend avant tout de notre volonté de tourner résolument notre regard vers l’intérieur et de remettre en question nos sentiments, nos actions, nos pensées et nos motivations.

Pour ceux qui sont prêts à faire face à cette tâche et à rechercher les causes de leurs problèmes, la psychanalyse offre une voie de traitement prometteuse.

F. Le rôle de la “mère suffisamment bonne”

La psychologie dynamique, une approche post-freudienne qui trouve ses racines dans la psychanalyse, met fortement l’accent sur les relations interpersonnelles. Elle part du principe que les schémas problématiques dans nos interactions avec les autres peuvent conduire à des défis psychologiques comme l’anxiété sociale.

L’un des pionniers de cette approche, Donald Winnicott, s’est particulièrement concentré sur la relation mère-enfant de ses patients. Il pensait que ce lien fondamental façonnait nos tendances relationnelles tout au long de notre vie.

Winnicott a introduit le concept de “mère suffisamment bonne“, qui fait encore partie intégrante de la thérapie psychodynamique aujourd’hui (1949).

Winnicott coined the term the “good enough mother”, which came to be an important concept in psychodynamic therapy to this day.

Selon lui, une mère n’a pas besoin d’être impeccable pour qu’un enfant puisse développer un sentiment de soi authentique. Au lieu de cela, les réactions de la mère doivent être suffisamment attentionnées pour favoriser la confiance de base en soi, dans les autres et dans le monde.

Cependant, si les besoins fondamentaux d’un enfant – comme la protection, la nourriture et l’affection – ne sont pas satisfaits, le développement d’un soi authentique est entravé. Au lieu de cela, l’enfant se construit un faux soi comme bouclier contre la menace de son existence.

Il est intéressant de noter qu’une concentration excessive sur les soins peut également conduire à la création d’un faux soi. Cela peut être le cas lorsque les mères sont trop protectrices et limitent l’autonomie personnelle de l’enfant, par exemple dans l’exploration ou l’expression de sentiments négatifs.

Le développement d’un soi authentique pose les bases de relations interpersonnelles saines à l’âge adulte. En revanche, ceux qui s’appuient sur un faux soi ont souvent des difficultés dans leurs interactions.

Des interviews de recherche avec des personnes socialement anxieuses (McEvoy et al., 2016), qui se sont basées sur leurs relations maternelles, ont révélé des schémas relationnels marqués à l’âge adulte :

  1. “Une voix critique” : ce modèle trouve son origine dans un environnement familial hostile avec une mère critique et se manifeste par une autocritique, une faible estime de soi, un besoin insatiable de reconnaissance et la peur de montrer ses sentiments.
  2. “Présence passive” : si la mère est passive-agressive ou absente la plupart du temps, ce schéma entraîne des liens incertains, le sentiment d’être un fardeau pour les autres, d’utiliser les relations comme outils sociaux et de compter sur les autres même pour les tâches de base.
  3. “Échec au démarrage” : en raison du manque de soutien pendant la transition de l’adolescence à l’âge adulte, les personnes concernées se sentent inadéquates, ne se sentent pas préparées et évitent les scénarios sociaux.
  4. “Derrière le masque” : ce modèle consiste à porter une façade dans les relations et les situations sociales afin de se distinguer de son vrai moi. On fait semblant d’aller bien, on craint de découvrir ses faiblesses et on veut rester caché derrière un masque.

Dans tous ces cas, il n’y avait pas de “mère suffisamment bonne” dans l’enfance, ce qui indique que ces modèles se sont développés en réaction.

The absence of a good enough mother during early childhood can lead to maladaptive relational patterns.

G. L’importance de l’individuation et de l’authenticité

Les exemples ci-dessus soulignent l’influence profonde que les relations parentales précoces, en particulier celles avec la mère (ou la personne de référence principale), ont sur les interactions avec les autres tout au long de la vie.

Pour désamorcer et aborder les dynamiques relationnelles problématiques, il est important de comprendre le rôle central de l’individuation et de l’authenticité dans les relations.

L’individuation est le processus de différenciation des autres, qui commence souvent par la séparation d’avec la mère dans la petite enfance.

Ce processus facilite le développement d’une identité propre qui permet à l’individu d’expérimenter consciemment des pensées, des sentiments et des préférences autonomes, indépendants des influences extérieures.

Authenticity refers to the process of revealing our true self to others. According to Winnicott, a true self is characterized by the ability to genuinely understand our needs and personality, and to reveal and express them to others.

L’authenticité, en revanche, consiste à révéler son vrai soi aux autres.

Selon Winnicott, un soi authentique incarne la capacité à reconnaître ses propres besoins et sa propre personnalité et à les révéler et les exprimer en toute vérité à son entourage.

En acceptant et en cultivant son individualité et en la présentant aux autres de manière authentique, on cultive une plus grande autonomie, qui va au-delà du besoin de confirmation extérieure ou de la nécessité d’apaiser les autres.

De cette manière, les gens ne se libèrent pas seulement des modèles de relations toxiques qu’ils ont développés dans leur jeunesse, mais ils nouent également des relations plus épanouissantes.

Cette voie a également le potentiel de soulager l’anxiété sociale.

H. Durée et fréquence des séances de psychanalyse

L’une des caractéristiques de la psychanalyse est sa volonté d’explorer et de comprendre en profondeur.

Contrairement à certaines approches thérapeutiques à court terme, la psychanalyse implique généralement un traitement plus long et plus profond.

Un engagement à long terme

La psychanalyse est connue pour son caractère à long terme, qui s’étend souvent sur plusieurs mois, voire plusieurs années. Cette longue période permet d’examiner en profondeur les pensées, les sentiments et les comportements inconscients qui contribuent à l’anxiété sociale.

Fréquence des séances

Les séances psychanalytiques ont généralement lieu plusieurs fois par semaine, souvent entre deux et trois séances. Cette interaction fréquente favorise une relation thérapeutique plus profonde et permet au patient de s’engager plus intensément dans ses expériences et ses sentiments.

La constance est la clé

L’efficacité de la psychanalyse est étroitement liée à la constance et à la fréquence des séances. Des séances régulières permettent au patient d’explorer ses pensées et ses sentiments au fil du temps, ce qui conduit à une meilleure compréhension des racines de son anxiété sociale.

Profondeur de l’exploration

La thérapie psychanalytique encourage les patients à associer librement et à exprimer tout ce qui leur vient à l’esprit, sans censure. Ce processus de dialogue ouvert permet de dévoiler les conflits inconscients et de comprendre comment ils se manifestent dans la vie quotidienne.

Collaboration entre le patient et le thérapeute

La relation entre l’analyste et le patient est un aspect central de la psychanalyse. Avec le temps, cette relation devient un espace de confiance et d’exploration qui permet aux patients de s’ouvrir peu à peu et de partager leurs expériences intérieures.

Voyage personnel

Le parcours thérapeutique de chaque personne est unique, et la durée de la psychanalyse peut varier en fonction de la complexité des expériences personnelles et des progrès réalisés. La psychanalyse exige certes du dévouement, mais elle a le potentiel de mener à des compréhensions profondes et à des changements durables dans la gestion de l’anxiété sociale.

N’oublie pas que le degré de dévouement à la psychanalyse reflète la profondeur de l’exploration et de la compréhension envisagées.

Cette approche convient mieux aux personnes qui sont prêtes à investir dans une exploration complète de leur monde intérieur et qui aspirent à un changement durable de leur relation avec l’anxiété sociale.

Dans des pays comme la France, le Canada (y compris le Québec), la Belgique etla Suisse, la couverture d’assurance pour la psychothérapie, y compris la psychanalyse, peut varier considérablement.

Certaines assurances privées peuvent offrir une couverture partielle pour la psychothérapie, tandis que d’autres options de couverture peuvent ne pas être exhaustives.

Les régimes d’assurance maladie publics peuvent également présenter des limites en ce qui concerne la couverture des traitements de santé mentale, dont la psychanalyse.

En Afrique et d’autres régions francophones, les systèmes d’assurance peuvent varier en fonction du pays et de la disponibilité des services de santé mentale.

Il est important pour les individus de se renseigner auprès de leur fournisseur d’assurance spécifique afin de comprendre l’étendue de la couverture disponible pour le traitement psychanalytique et d’explorer d’autres options si nécessaire.

Paiement de ta poche

Une psychanalyse comprend souvent plusieurs séances par semaine sur une longue période. En raison de son intensité et de sa durée, elle peut nécessiter un investissement financier qui va au-delà de ce que les assurances couvrent normalement.

Les personnes qui font appel à une psychanalyse doivent être préparées aux coûts et discuter des modalités de paiement avec le psychanalyste de leur choix.

Considérations financières

Même si une psychanalyse peut être un investissement précieux pour ton bien-être psychique, il est important de prendre en compte les aspects financiers lorsque tu envisages cette forme de thérapie.

Certains psychanalystes* proposent des tarifs échelonnés ou des plans de paiement pour s’adapter à différentes situations financières.

Recherches et demandes

Avant de t’engager dans une psychanalyse, tu devrais t’informer sur les possibilités dans ta région et te renseigner sur les frais, les modèles de paiement et la couverture d’assurance possible.

Si tu connais les aspects financiers, tu pourras prendre une décision éclairée sur cette voie thérapeutique pour traiter ton anxiété sociale.

J. Conclusion : Gérer l’anxiété sociale avec la psychanalyse

Dans cet article, nous avons entrepris un voyage dans les profondeurs de la psychanalyse en cas d’anxiété sociale, guidés par la sagesse de Freud et de Winnicott.

La psychanalyse offre un moyen unique de gérer la complexité de l’anxiété sociale, qui prend racine dans les expériences individuelles.

La psychanalyse va au-delà des remèdes superficiels et prend en compte le caractère unique de chaque patient.

L’association libre – l’une des techniques les plus importantes – révèle les pensées cachées, les sentiments et les conditions de vie antérieures. Les relations, en particulier avec les personnes de référence, offrent des aperçus importants sur l’origine de l’anxiété sociale.

Contrairement aux traitements traditionnels, la psychanalyse examine les pulsions inconscientes et les modèles relationnels.

Des concepts comme la “mère pas suffisamment bonne“, l’individuation et l’authenticité passent au premier plan et montrent des voies de transformation.

Au fond, la psychanalyse invite à un voyage de transformation – un voyage au cours duquel l’introspection et la découverte de soi ouvrent la voie à de nouvelles relations et à la conscience de soi.

Puissent ces aperçus éclairer ton chemin vers la maîtrise de ta peur sociale avec la vision à multiples facettes de la psychanalyse.

Si tu veux en savoir plus sur les différentes possibilités thérapeutiques pour l’anxiété sociale, nous te recommandons de lire notre guide complet sur la thérapie en cliquant ici.

Tu trouveras un aperçu complet de la thérapie, des médicaments et de l’auto-assistance dans notre guide de traitement détaillé en cliquant ici.

Tu es curieux de connaître le traitement médicamenteux de l’anxiété sociale ? Clique ici pour lire notre article complet dans lequel nous présentons des médicaments efficaces et scientifiquement prouvés.

Tu as d’autres questions ? Alors inscris-toi à notre cours gratuit de 7 jours par e-mail ; nous sommes là pour toi.


Afficher les références

À propos de l’auteur : Martin Stork

Martin est un psychologue professionnel avec un historique en thérapie physique. Il a organisé et dirigé divers groupes de soutien pour les personnes souffrant d’anxiété sociale à Washington, DC et à Buenos Aires, en Argentine. Il est le fondateur de Conquer Social Anxiety Ltd, où il opère en tant qu’écrivain, thérapeute et directeur. Tu peux cliquer ici pour en savoir plus sur Martin.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *